L' art pour tous: encyclopédie de l'art industriel et décoratif — 7.1867-1868

Seite: 814
DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_pour_tous1867_1868/0099
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
7U Année.

L'ART POUR TOUS.

N° 204.

XVI SIÈCLE. — école allemande. COSTUMES, PORTRAITS,

( COLLECTION DE m. WASSET. ) médailles historiques en bronze.

1855

In respect to costume, antique medals are
often the best things to consult. The séries
we présent to-day is, on this liead, very in-
teresting; bo it said without underrating the
sculptural qualitics seen in the modclling of
the figures, ail of which are executcd with a
spirit full of observation and with a finish
that leaves nothing to be desired. Four of
those médaillons are female portraits. Figur
1851 represents a lady of the Farnese family
and bears the date of 1550 ; but we do not
know the part the model played in history.
It is not so with the second médaillon repre-
sen.ting MaryTudor, queen ofEngland, France
andSpain, and so styled, first, as daughter to
Henry VIII., thon , in virtue of the crowning
of Henry V., in Paris under Charles VIL, and,
lastly, in right of lier marriage with Philip IL
In thclcgend thèse words areto be rcmarked :
« Fidei defensatrix, » that is to say, protector
of the Faith; indeed, Mary, the worthy wife
of Philip IL, introduced the Inquisition into
England. Figures 1853-54 are remarkablc for
the costumes. Fig. 1855 dates from the year
1506 and shows a German personage. The
sixth medallion is that of Ferdinand of Gon-
zague, the commander in chief of Charles
the Fifth's armies. Those six medals bave
been engraved full size of the exécution.

®

<6inficl'tU(t) ter Coftume geben altc îenfiminjen
oft @runb, entfUtd) liber tjicfeïten nadi$i!benfcn,
une fc i|t bie Série, weldjenir petite geben, in bie>
fer 89cjtt$ung tjôctjft tntereffant, aber atirf; nidjt
manger fcie ëcuH)tuv>îlrfieit, rccldje m an iei ber
SOîobefUrnng ber SIJortraite erblicft, benn aile finb
mit eiiicm an SCeobaditung reteficu .îtiinftftiiii au8<
gefûÇrt, mit eincr SSofliommenljeit, bie nidjtê jn
roûnfdjen ùbrig lajjt. SBier biefer Sentmûnjtn
ttiigen roeibtidje 5J?ortrait8. Sigur 1851 jeigt eine
3)ame ane ban ^aufe ber Saniefer mit ber 3abre8>
jaljt 1550, aber roir iciffen nirtit, mal flic eine
Motte bia'elbeinber ©efcfiidite gefpielt fyaben fonute.
2)a8 91 âm lifte gitt nicÇt xonbet jmeiten ÎJenfmûnje,
reetdje (Dtatic £ubor barflellt, bie Jîônigin son
ëngtanb, Sranfrcirli nnb Spanlen. SJon (Snglanb,
al8 ïoditer <&cinrid'8 VIII. ; »on granfreid), rcegen
ber Srônung ■§einrid)6 V. juSPariS, untet JtattVII.,
unb enblid; «ou Spamen, burcS, it)re USettnâljlung
mit Sp^ili^l) IL 3it ber Umfdjrift licft man bie
2Borte : « Fidei defensatrix », roetdje tcbenten- :
,, SBefcljûljerin be8 ©Inubens." 3n, in ber îfyat
roar 9J2axia ïubor eine foldie, tenu fie fierté, a(3
roûvbige @attin SPÇiti^ré IL, bie Snquifuion in
(Sngtanb etn.

S>ie Sigtiren 1853 unb 1854 finb roegen i^rer
Softùmc mcrfroûrbig. Sigur 1855, mit ber 3avre8-
galjt 15CG, giebt bas SBift cines beutfrtjen 3)!anne«.
ÎJaS fectifle SDÎebaitton ifi son gerbinanb non
@onjague> bem Cberbefeblêljaber ber 2lrmce
Saris V.

£>iefe fed;8 Denftnûnjen finb grasirt in ber roiif-
lidjen ©rbjje tljrer Originale.

1856

Au point de vue du costume, les médailles anciennes sont
souvent ce qu'il y a de plus sérieux à consulter. La série que
nous montrons aujourd'hui est très-intéressante sous ce rapport,
sans préjudice, cependant, des qualités sculpturales que l'on
rencontre dans le modelé des portraits, exécuté avec une
verve pleine d'observation, avec un fini qui ne laisse rien à dé-
sirer. Quatre de ces médailles sont des portraits de femme. La
fig. 1851 représente une dame de la famille des Farnèse et porte

la date de 1550; mais nous ignorons quel rôle elle a pu jouer
dans l'histoire. Il n'en est pas de même pour le second médail-
lon représentant Marie Tudor, reine d'Angleterre, de France et
d'Espagne. D'Angleterre en sa qualité de fille de Henri VIII, de
France à cause du couronnement de Henri V à Paris, sous
Charles VII, et enfin d'Espagne, à cause de son mariage avec
Philippe IL Dans la légende, nous remarquons ces mots :
« Fidei defensatrix, » c'est-à-dire protectrice de la foi; Marie

Tudor, en effet, en digne épouse de Philippe II, introduisit l'in-
quisition en Angleterre.

Les fig. 1853 et 1854 sont remarquables par leur costume.
La fig. 1855 date de 1566 et représente un personnage allemand.
Le sixième médaillon est Ferdinand de Gonzague, général en
chef des armées de Charles-Quint.

Ces six médailles sont gravées de la grandeur môme de l'exé-
cution.

814
loading ...