L' art pour tous: encyclopédie de l'art industriel et décoratif — 26.1887

Seite: 2716
DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_pour_tous1887/0079
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
26e Année

L'ART POUR TOUS

N° 654

XIXe SIÈCLE. — école japonaise VINGT-QUATRE SEMIS DE FONDS, POUR TISSUS

modèles contemporains rattachés à l'Alphabet des Formes

par emile reiber

Pédagogie d'Art. — (Exposition scolaire du Trocadéro, 1882)

5g90

5691

5(59 3

Ce tableau, qui peut être mis en parallèle aveccelui de la j (hexagones) produits par le croisement ingénieux de bandes 1 avec prolongement léger des cotés, aux intersections (som-

planche2702, fait ressortir la variété des combinaisons aux- établies sur un triangle équilatéral qui sert de base au tracé. mets communs).

quelles donnent lieu les Eléments des formes dans leurs Les trois premières figures de la deuxième bande (5691) De l'examen de ces divers molifs nous pouvons, comme
modulations primaires. Il nous explique aussi les causes procèdent également d'un canevas diagonal. En g un semis à la planche 2702, tirer quelques déductions qui intéressent
cie 1 étonnante fécondité des industries de l'extrême Orient : de fleurettes se place sur les intersections ; en h et en i, renseignement technique d'art et l'orientation de sa péda-
u nous montre celles-ci plaçant les principes de la Combi- les champs sont remplis par des motifs de courges et de gogie spéciale. Ici encore, ce sont des combinaisons pure-
naison géométriquea.la base de: leur enseignement profes- feuilles de bambou. La figure ;' procède de la serpentine et ment géométriques (intersections de lignes parallèles
sionnel. L-es motils, empruntés a des Albums japonais à forme des médaillons encadrés de feuillage; k est un entre- équidislantes) qui régularisent la construction du motif; et
usage des teinturiers, imprimeurs sur étoffes, etc., sont lacs de demi-cercles dont il est facile de déterminer les lignes il est curieux de constater qu'un pays lointain, dont la po-
accompagnes cm tracé des quadrillages rectangulaires ou de centres; l'entrelacs de 7 est composé de pétales de fleurs. litique a longtemps consisté à se préserver de tout contact
obliques servant de canevas a ces diverses compositions. Dans la troisième bande, m est un semis irrégulier de avec les étrangers, se rencontre aussi exactement, dans
iNous avons conserve la « disposition en bandes » des feuilles ; n montre un quadrillage rectangulaire de lieu- les modulations élémentaires de ses formes d'art, avec les
gravures (a 1 eau-lorte) originales ; chacune d'elles contient rettes (croix de Jérusalem) ; le semis de besans, o, procède principes qui ont, de tout temps, guidé les praticiens de
six motils que nous avons marques par des lettres, en sui- du système triangulaire. En p, c'est un système de vcrli- noire vieille Europe. Il n'est donc pas étonnant que nous
vant ordre alphabétique. ca|es nvec en^e-deux dc chevrons chinés. Au système rec- ayons pu classer ces compositions si caractéristiques au
Dans a première bande, on remarque en a un quadril- tangulaire se rattachent les motifs q (carrés), v semis de n'ombre des tracés dérivés de V Alphabet des Formes : nous
lage rectangulaire dont les intersections déterminent les rosaces) et w (bandes brisées). L'entrelacs r se rattache à avons inscrit à chacune de ces figures les numéros des
points de centre d un entrelacs de cercles se détachant la,serpentine (voir p. 2670, fig. 26-28) : il est ici tracé sur signes de l'Alphabet auxquels elles correspondent,
sur un lond qui produit 1 effet d un reperçage à jour ; b un quadrillage diagonal. On peut conclure de la que l'Alphabet des Formes ap-
est un entrelacs de■ carrés à côtés ondulés en serpentines, Oc ce môme système procèdent, dans la quatrième bande: porte une contribution notable : 1" à l'Histoire des Arts,
établi sur un quadrillage analogue ; sur un canevas plus les vagues avec vol d'oisillons (s) disposées en écailles (les puisqu'il fait ressortir l'admirable unité qui a partout pré-
serré, sont établies les grecques de la figure c. Les fig. d centres sont sur les intersections), le semis de fleurettes t, sidé à leurs premiers développements ; 2» A leur Pédagogie,
feuillages) et e (rosaces) procèdent d'un système diagonal ; et celui u (oisillons alternés de feuillages). Enfin x est un puisqu'il indique son véritable point de départ, ces
/est un semis de rosaces inscrites dans les sixangles j semis de rosaces inscrites dans un quadrillage sixanglc ) combinaisons géométriques d'où procède toute forme.

Développements de l'Alphabet des Formes (n° 6). 2716
loading ...