L' art pour tous: encyclopédie de l'art industriel et décoratif — 28.1889

Seite: 2906
DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_pour_tous1889/0071
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
28e Année

L'ART POUR TOUS

N° 702

XVIe SIÈCLE - ÉCOLE ITALIENNE

(Loges du Vatican/
La Nymphe chasseresse ,

(N° 6)

Quand Jules II monta sur le trône pontifi-
cal, il refusa de prendre possession des ap-
partements qu'avait occupés l'infâme Alexan-
dre VI. On lui proposa d'effacer des pein-
tures murales le portrait du pape; mais
« quand même les portraits seraient détruits,
s'écria Jules, les murs ne suffiraient-ils pas
à me rappeler la mémoire de ce simoniaque,
de ce juif? » Il voulut donc occuper l'appar-
tement de l'étage supérieur, et Raphël fut
appelé à Rome, par l'influence de Bramante,
pour compléter les travaux commencés par
P. délia Francesca, Luca Signorelli, le So-
doma, le Perugin, elc. C'est là que se trou-
vent les fameuses « chambres » du Vatican
peintes par Raphaël (la Signature, la Dispute
du Saint-Sacrement, l'Ecole d'Athènes, etc.).

La galerie ouverte que décorent les pein-
tures dont nous avons commencé la série
sert de corridor de communication. Elle com-
prend treize compartiments ou loges à petites
coupoles, et chaque loge comprend quatre
peintures, dont la suite a été publiée en gra-
vure; elle est connue sous le nom de Bible
de Raphaël.

La majestueuse solennité des scènes bi-
bliques est encadrée dans un système orne-
mental de la plus charmante fantaisie, où
les gracieuses fictions de la mythologie sont
mises a contribution, et enlacées dans des
arabesques ou mêlées à des architectures
fantastiques. Toute cette œuvre fut exécutée,
comme on sait, d'après la pensée et sous la
direction du maître, et l'ensemble de l'orne-
mentation est l'ouvrage de Jean d'Udine,
l'élève et l'ami de Raphaël. Cet artiste excel-
lait dans la peinture des grotesques et dans la
représentation des plantes et des animaux.
Comme tant d'autres, il s'est entièrement dé-
voué à la gloire de son maître. C'est dans
une promenade que fit Jean d'Udine avec
Raphaël aux Bains de Titus, qu'ils eurent
l'idée de faire des ouvrages en stuc et des
ornements de couleur, ù la manière des an-
ciens : ainsi, comme cela arrivait souvent sous
la Renaissance, on s'est inspiré de l'antique,
mais l'œuvre qui en est résultée est profon-
dément originale. — Pour compléter ces ren-
seignements, voir VHistoire des Beaux-Arts,
Art moderne, de R. Ménard (Bibl. de l'Echo
de la Sorbonne), publication populaire.

Notre sixième planche de la série des
Arabesques présente la disposition uniforme
commandée par la recherche de l'uni lé de
l'effet général. Les pilastres latéraux sont
décorés de distributions géométriques : ca-
dres rectangulaires à motifs de grotesques
haut et bas, reliés par une alternance de car-
rés et de ménisques convexes à sujets anti-
ques. Le panneau milieu, formé de rinceaux
symétriques opposés s'élançant d'un culot
d'acanthes placé à la base, présente vers sa
partie centrale un champ clair, sur lequel se
détache une figure de nymphe armée d'un
javelot; des médaillons, un cartouche et un
bouclier d'amazone terminal, s'accusent en
vigueur au-dessus de cette figure. Dans le
bas on voit un groupe : Vénus, debout près
d'un piédestal soutenant un vase, montrant
la pomme qui lui a été adjugée dans le Ju-
gement de Pâris, et l'Amour tenant une cou-
ronne. Le détail que nous joignons comme
d'habitude (p. 2907), fait voir les divers mo-
tifs d'enfants, griffons, chèvres, etc., qui
animent les volutes élégantes des rinceaux
fleuris d'acanthes.

-O- *

PILASTRES DE COMPARTIMENTS ET D'ARABESQUES

PAR RAPHAËL

/îrir. ù

6288

2906
loading ...