Instytut Historii Sztuki <Posen>   [Hrsg.]
Artium Quaestiones — 10.2000

Seite: 18
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artium_quaestiones2000/0020
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
18

SZCZffSNY SKIBINSK3

6. Vaulerant (Seine-et-Oise), Grange cistercienne (D’après Walter Horn, Ernest Born, The
Barri ofthe Cistercian Grange ofVaulerent, Festschrift Ulrich Middeldorf, Berlin 1968)

ques chrétiennes poursuivent les explications juives où le rapport entre
l’Epoux et l’Epouse est interprété comme celui de JAHVE avec le peuple
élu. Dans la présentation du Couronnement Céleste Marie-Epouse est
identifiée avec Ecclesia. Dans les descriptions de l’Epoux et de l’Epouse,
l’auteur du Cantique se référé aux métaphores architectoniques. L’une
parmi elles contenue dans les paroles de l’Epoux s’adressant à l’Epouse:
«ton abdomen est un monceau de blé (Venter tuus sicut acervus tritici)»
(7,3). Même si elle ne relève pas directement de l’architecture, nous pa-
raît très importante. Le sens du terme acervus rend plus riche le verbe
acervo (réunir, ramasser, aggrandir). En ce sens acervus désigne un
amas, un meule. Mais chez Caton (Agr. 52) ce terme est utilisé dans le
sens d’une construction architectonique effectuée en bois (acervum ligno-
rum facito) pour couvrir le blé entassé il. 6-8.

Le ventre de l’Epouse comparé au meule se référait au sens premier à
deux fonctions principales de la femme: de la détentrice de la vie et de la
donnatrice de la nourriture. En ce sens l’allégorie du blé ou de la grange
contient deux aspects de la féminité: la conservation de la semence et des
grains. Si la nourriture et la sexualité qu’incarne cette vision de la fémi-
loading ...