Philostratus, Flavius [Hrsg.]; Philostratus <Iunior>   [Hrsg.]; Callistratus <Sophista>   [Hrsg.]; Vigenère, Blaise de [Übers.]; Artus, Thomas   [Übers.]
Les Images Ov Tableavx De Platte Peintvre Des Deux Philostrates Sophistes Grecs Et Des Statves De Callistrate — Paris, 1629 [Cicognara Nr. 1933-2]

Seite: p
DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artus1629/0016
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile

PREFACE.

des dedamationsjes qmftionspcur ks Rhetorickns;&des argumens aufti:vn dichonnére:vn traiciean Sâ~
phste Antipater. De la Tragedte tmsüuresde Gjmnastique, ou des exercices :slus vn traiclé des Ceremontes
de Tolymsie. Le iapidaire :le Trotee : le chien ou Sophifte : le Ncron : leTheatin ou contemplatif : quarante-
trois Trarcdies; quatorz>e Comedies; &plufieurs autres honnes heftongnes

Philostrate NermanftlsdeUjUkdnftecondPhiloftrate,delamefineIftedeLemnos,&Sophiftcpa-
reiUementytmt les eftolles d Athenes. llmournt&sut enterréen iifte dcjjui-âittei ayant efté audtteur&gen-
âre de cefecondPhiloftrate. Ila esirit dcs Images ; le Panaihenaïque ; le Troyen, la ParaphraftefurUtargue
d’Homere;& cinq declamations. Plu* quclques vies des Sophifles qu on luy attrihue.

Voila en sommecc cjue dic Suidas des PhilostrateSj cjuifuuent tous gens de fî^auoir, commc
leurs ceuures le tesmoignent. Mais ie ne puis bonnement comprendre comme îise puissefairc
que le pere destgné au second desfus-di£l article5cust este nay du temps dc Neron3 & quc ie ftls
fust allé iusques à Philippus, veu quil y a plus dc huid vingts ans de l’vn à lau tre.

Tzethzes enlaquarance-cinquiesmehistoiredesasixiesmeChiliade3enditcecy?

ÿiùgçpa&Ç o ÿ/ftvioç 3 iveaoç olptq pymp,

N'Moç <ft içi o ctrsuMç. o steaoç owu èivço
H>, dç cwtvç cv to7ç churd fiiCXioiç cs&’ppa.qiGi>
eTç tS yoQpv pméçjpv rn û yçttpi.pigunvovTtov j

Tri i&Aiçt xçsiïcùjtz tsà&Vji sèctcnAicsi.

ZZvÇvypç aviYi st d Ç>roi rrivoç Iw sictcnAtoûç.

Philostrate Flauien3F,heteurdmonaduisdeTyrrn,(carilyenavnautreAttique)leTyriendonc
eftoit (commeileftcrit dansfes liures) l’vn des Rheteurs &Secretaire deiimperatnx Iulia-.toutefois ilnefut
pointde mentiondeqni elleeftoitfewwe.’h/l&is c’estoitsans doute de Seuerus:car Antonin Caracaiia
sespousa depuis,combie qu’elle fust sa bclle mere: &: vint cet inceste3de ce que l’ayant vcuë vn.
iour coute nuë auxestuues,par vnefenestrc quirespondoitsecretteméclàdcisus,iisemanifesta;
&:elleluy ayant dcmandé cequi luy ensembloit,ilfitTespôse, Sibicn queie vous desireroissur
toute autre,s’ii m’estoitpermis.Comment donc(repliquaellesoudain)estes vousencoresifîm-
pleque vous ne sçachiez bien 5 qu’à vous quiestesseigneur duronddclaterre, ilai’y arienqui
ne soit loifîble î Et là dessus passerentoutre à leur forfaidbure.
r . -on Lemno s,envulgaireStalimene,issedelamerEgée,fortfameuseésPoësiesanciennes,tant
<k l’iiic dc pour plusieurs autres choses,que pour le long ôc miserable seiour qu’y fîtPhilodete duràc le sîe-
Lemnos. ge deTroye,ayàt esté blesse en chemin d’vne des siesches d’Hercules.Elle est prochaine deTas-
sos,Scyros,Tenedos,&: Imbros; tres-abondante en vigncs, bleds, &: toutes sortes de legumes:
produit ausfi de petits cheuaux de poil fauue,qui vont tous l’amble de nature. Le mont Athos9
encore qu’ii ensoità plus de8. bonnes licues en terre-ferme,neantmoins son ombre sevicntcs-
pandre iusques presqu’au milieudel’iile;tàtil esthaut.LaMacedoine luy est deuersSoleilcou-
chant.Et quantà la terre qu’on appellc Sigilléc,tenuëensigrandereputati5 de tout temps,car
mcsme Dioscoride au j.liureyiij.chapitre,^: Galienapresluy au 5».liuredes fîmples,cnont-faic
mentionjellese tire d’vneveine en vn tertre ou petitcostau, maintenacappellé Cochino, assèz
pres des ruines de l’ancienne Ephe :stia,vis à vis de l’isle de Samothrace,qui n’en est qu’à q.lieuës
îeulement; vne fois en toute i’année,&: non pîus; qui est le 6. iour d’Aoust. Laqueiie coustumc
ousupersticionfust premierementintrodiiite par les Venitiens du temps qu’ils lapossedoient:
car c’est auec de grandes ceremonies quelesCaloirs,Moines ouHermitcsÇrecs ontaccoustu-
mé d’y garder,ducosenremét mefmesdes Turcs,qui assistetàles voirfairc:ce quiluy donnetàc
plus de credit.Ce fut là(à ce quc diet les Poetes)que Vulcan.ayàtesté de]e6té du ciehse rompic
les deuxhanches,dontil est tousiours depuis dcmcuré boitçux;& y establit sa forge.Là aussi,oii
lcs femmes tueret tous leurs maris au rctour de la guerrc deThrace;& s’accoiritcrct bié & beau
des Argonautes,lors qu’ils allerent àla coqueste de îa toison d’on Mais pour laisser cesfidions
à part, oupourlëmoins histoires vn peu douteuses, &-au refte trop rances & moisies ; l’Isse dc
Lemnos a esté de tout tàps en grande estime, pour auoirporté d’exceliens pcrsonnages-en tou-
tes sortes dc professions. IIy eut(ce nom) vn labyrintheautrésfois;&:quelqucs autres singulari-
téz,que la longueur des temps a deuorées;rauy & emportc quàd & soy la memoire. Mais main-
tenant qu’elle est soubs l’obeisTançe des Turçs, c’est vnc vrayc pepiniere de toute barbaric Sc
ignorance, & ne peutplusauoir aucun bruit, non plus que tout le reste de la miserable Grece,
sinon dedans ses mesmes confins Sc limites, sice n’estoit la benedid'ion deceste miniere de ter-
re, qm lafait respirer quelque peu encores és estranges regions & contrées.

Sophiste Grec. Cemot de Sophistese treuuc parmy les autheurs vsité enplus d’vne sorte:
decemo^So- enbonnc, &quelquefois en mauuaisepart; pour vn cauillateurquis’arresteplus

jhistc. àl’apparencccxtêricurc, & à l’escorce, que non pas à vne verité reeile &: essehtielle : necher-
chant qu’vn masque & palliation decolorées paroles,&: argumentant par des sübtilitcz & inuo-
lutionsdemots ambigus. Enborinepartnonseuleraentpour vn Orateur& Rhetoricien, mais

pour
loading ...