Philostratus, Flavius [Hrsg.]; Philostratus <Iunior> [Hrsg.]; Callistratus <Sophista> [Hrsg.]; Vigenère, Blaise de [Übers.]; Artus, Thomas [Übers.]
Les Images Ov Tableavx De Platte Peintvre Des Deux Philostrates Sophistes Grecs Et Des Statves De Callistrate — Paris, 1629 [Cicognara Nr. 1933-2]

Seite: 59
DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artus1629/0081
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
M E M N O N.

59

Mais l’esfîgïe de JMemnon refîfîmble à celle d’ tvn ieme adolefcent sans barbe ,eftant d’vnepierrefort noire>
& exposée tout an rais dn Soleil : Plantéde deux pieds en terre ,selon la maniere de Dedalus. Des bras, ilfi
sionjhentfinrfionsiege comme s ïls'en vonloit leuer. Et quantangefte defesyeux,& de toute laface, ileftainsi
que d’vn homwe quiparle. Ce qui ne donnoitpas autrement beaucoup d'admiration,pour cftre l'ouurage ajfez*
lourd &grofiier de siy : mais quand les rais du Soleil vindrenta srappercontre,ce qu'ils dient arriuer ordinai-
rement furle leuer d'iceluy, ce sutalors vnegrande merueille, carlaftatuëfie mitaparlertoutausiitoftque U
clarté cut donné dans sa bouche : & lesyeux fe monftroient gais, reluisims, & ioyeux, comme de ceux qui font
ks plus tolerans afhpportcr lc regard de cetaftre.

Povrce qu HomerefinesonIliadeà lamortd’Hedorjil nefaitpointdemenciondece
combat icy d’ Achilles contre Memnon: &: en dit seulemcnt cecy comme en passant à IVnzies-
mede i’Odyssee. Ttsivov cAi tsiMiçov ÎJbv sJfî Me/uyova J7ov. Qu'Eurypile estoitle plus beaude tous
ceux qui vindret ausecours desTroyens,apres le diuin Memnon.Pindare en la seconde Olym-
pienne, parlant d’Achilles, lequel rua bas Hedor (ferme & inexpugnable coiomne de Troye)
& tua aussi de sa main Cygnus, y adjouste, Axç n mtjJ\Atdio7ru. L'Ethiopicnftls de l'Aurore. Plus
en la ssxiesme des Nemées.

Uçfî iç Atdi07mç
Mëjuvovoç chc '&TOva-

Ç-douVTVÇ Î7TUXT0 y &Co

fîfîue la renommée des Eacides vola iusiques aux Ethiopiens, Memnon riy eftiantpim retourne. Car ilsfîe trou-
uerent en vn sort cntelconfliB, lors qu'Achilles mettantpied,à terre de deftfîmfin chariot, occit lesih de la clak
re Aurore, auec lapointede siafurieufe lance.

Virgiie au premier de FEneïde.

Eoàsique acies & nïgri Memnmis arma.

£t Ouide au treiziesme de la Metamorphose.

Nonvacat Aurorœ ,quamquam ijsdem sauerat armis»

Cladibm, & casu Troiœcs Hecub.up moueri.

Cura Deam proprïor, lulîusique domefticm angit
(JA'temnonis amisii, Pbrygÿs quam lutea campts
Vidit^Achillea pereuntem cuspide mater.

Vidit & ille color, qua matutina rubefîcunt
Tempora, palluerat, latuittj in nubibm athen

Etconsequemmentiltransmuë ses cendres endes oiscaux appeîiez de son nomMemnonidess
iesquels,commedit Pline au 26.chap.duro.liure,prennenttousles ansleur volée de l’Ethio»
pie vers ies ruines de Troye5où ils se combattent cruellement sur lasepulture de Mcmnon : Et
Cremutius tesmoigne ( ce dit-il làmesmc) que ces oiseauxviennëntde cinqencinq ans à ce
combat san'sfaillir,autourduPaiais d’iceluy MemnonenEthiopie:Oùilditau 29.chap.du 67
liure5qu’il regnoit du temps de la guerre de T roy e. Par lesguerres des Egyptiensfutsortabattuèl'E-
thiopie,commandans & obeïsians chacune àfon teur,Mais d'vngrandrenom &pouuoir iufiques à laguerre dc
Troyc regnant Memnom & qui estenditfih domination en Syrie,& en nos riuages du temps de Ccpb 'èe, comme
ilappertparlescomptesqrionsaït d'Andromede. Pausanias enladescriptionde laPhocide,éspeintu~
res de Polygnotus, dontilsera parlé plusàplein cy-apres au tabîeau de Phorbas, PuiseftMem-
non asiis fur vne pierre, & Sarpedon aupres de luy, le visage à bouchms placquédans la paulme defies deux
mains.Mcmnon luy metlaftennefurfion eJpaule:Et tom deuxportent barbe.Au manteau de Mcmnonfontre-
prejentez comme de broderie, certains o fieaux appellez Memnonides : lesiquels ne faillent tom les ans, à ce quc
dient les habitans de l’ Hellespont,de s'enuoler à certaïns iours àfonfiepulchre,oh sily a quelques hcrbes creuès
quï fîientdemeurces vn peu courtes, elles les fîrclent à toutle bec, & les arrousient auec leurs aiftes baignées de
l'eau clAfîpm. ContreM cmnon eft vn ieunegarçon Ethivpien,peint tout nud,pour denoter quc M emnon eftoit
Roydes Ethiopiens: N eantmoins il nepartitpas de l'Ethiopiepour aller aufecours de Troye, mais dela ville de
Sufies en Perfei & rangea somfion obeyfifîance lespeuples eftans entre-deux, depuis la rïuiere de choajpes. Les
Phrygiens mejrnes monftrent encore le chemîn, parlequelayant cherchélesplm courtes adrejfes de ces quar
tiers-là, ilmenasion armée. La voye efî dirisiéepar interuales de logis & repués.

I os e ph e au 2. liure delaguerreIudaïque, chap. 9. raconte vneestrangemerueille quise
voyoit encore de son tcmps présle sepulchre de Mcmnon,lequelil met à ce coptc en îa ludée,
Ptolemaïs (dit-il) eftvnevillede Galilée clofie demontagnes de cofîê&d'autre : Carle mont Carmella cou-
ure deuers le M idy; Etau Septentrion elle a celuy que les habitans du pays appdlentl’ Efchelle des Tyriens. En~
uiron dcux Jiades hors l'enclos des murailles,pajse vn ruisifîau nommt Beleus, nongueres loingduquel efîlefe-
pulchrc de Memnon : Et tout ioignanticeluy vn ccrtain endroitfiur toutautre admirabte, à fiauoirvne valee
quife recourbeen rond,produfiantdu fiible de verre. Mais la merueille eft encoreplus grande,de ce que venans
là aborder tous les iours inftnies barques pouren enleuer ,toutautant que ion en peutvuider se rempliftfur
jheure, demeurantla sace dutermrtoujioursvne. Lesplus doitesveulentinfererque ce font les vents qui

IoîEFHS,

i !

ill

II

Wllw

.

mmm ■
#si® 1

S 1

lllll
loading ...