Philostratus, Flavius [Hrsg.]; Philostratus <Iunior>   [Hrsg.]; Callistratus <Sophista>   [Hrsg.]; Vigenère, Blaise de [Übers.]; Artus, Thomas   [Übers.]
Les Images Ov Tableavx De Platte Peintvre Des Deux Philostrates Sophistes Grecs Et Des Statves De Callistrate — Paris, 1629 [Cicognara Nr. 1933-2]

Seite: 84
DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artus1629/0106
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
imagitier queîque chose outre, 6c par dcssus l’intention de l’Autheur, que pour proflt 6c instru*
£tion qu on en puisse tirer. Au reste, ce portraidicy dc lalyre antique, est de vray vn peu sur la
rustique èc le lourdois, mais sentant de tant mieux son antiquité &:naïfue ssmplesse, dont elle
fut premierement composée ; car i’en ay veu assez d’autres à Rome representées bien plus dc-
licatement, en des statucs d’Apollon3 Ôc autrcs fragmens de marbres antiquesj en des ca-
mayeux, ôc picrres grauécs, onices, cornalines, &c lapis lazuli j 6c en quelques reuers de me®
daiiies encore* mesmement de Neron j qui monstrent toutes cette forme 6c figure.

Neantmoîns iîyaencoreparmyces antiquaiïles bienvieiiies,vneautre manieredeiyre, tou-
te semblable à vne viole qui se iouë auec l’archet, & non auec vn ple&re ou peigne ; mais afin
qu on ne pense pas queie vueillcicy temerairementsupposerquelque mienne fantaifîe àla le-
gere, forgée en mon cerueau, sans aucun fondement ny appuy, il vautmieux qüe ie vous ame-
ne i’authorité du sicur ïean Pietre Valerian, autheür des Hierogiyphiques, lequel ayant esté
en son temps vn tres-excellent personnage és recherches de l’antiquité, escrit ainsi au 47. ii-
ure de son œuure « Scribonius Libo, homme degrande authoritêanciennement a Rome, entre lesfiens au~
tres magmfiques & excellens ouurages qu il a Uijsiez* a la pofteritê,sit marquerdes meda,illes d’ar^ent, dk
estoitreprefentéelasiguredu Puteai, qtUlauoit sait bastirpourvn auditoirei esterantpar cespieccs-la prolon-
ger la' fouuemncede finedisice. Etla dejfiusplufieurs demandentsort curieufiment, que ‘veulentdïre ces lyres
ainfitailléesachaque sace de ce Puteah car qu'eft-ce quepeut auoir de commun (disent-ils) ‘vninftrumentde
tnuftque qui consiste tout en accords, auec des riotes, chkaneries, çj contentions dùfeordantes ? Ny le filence &
repos de l’eau de cepuits, auec la mufique ,* çj le bruit& clameurde laplaidoirie ?A quoy ïay accousiumé de
reftondre, que tel embellijjementne sutsans bonne raifon excogitépar Libon, comme ayant voulu mettre de~
uant les yeux a ccux quifrequenteroient ce lieu ,les chofès qui luy sembloknt leur deuoir eftre silutaires &
njtiles. Jaceux, c’estafiauoirquiauroientprocês,de nelaisserpourcelad'auoir toufiourslaconcorde enme~
moire ,nonobftant leurs dijferends & debats, comme le frmcdleplm commode qui puijfe eftrepour ïentrete*
nementde la focktéhumaine. k^Aux Aduocats, que s’ils aimoientle bien de leursparties, il salloitfiulement
qu’ils chercbajfent de dire ce qui saifoita propos ,& eftoit conuenablepourle fouftenement de la caufequ’ils
auoknt en maim & s’abstenirau demeurantdes chippoteries, cauillations,& contradiffoïres, neseruans qu’à
troubler& confondre tout. Et aux luges quifiroïent la pourleur saire droict, de prefter attentiuementl’o«
reille mx argumens & raifons qu’on leur allegueroit >pour en tirervneveritê ,ou pourle moins cenjeffure
tres vray-femblable&pregnante. Ce numisme doncques ou medailie d’argent antique, auoitd’vn
costé vne teste, auec cette inscription à l’entour, pavlvs lepidvs concord. &au
reuers la figure suiuante, accompagnée de ces mots-cy ,pvteal scribon libo. Les
Autheurs font souuent mention de ce Puteal, comme mesme Horace} Forum PutedlqueLibonk
mandabo ficcis, c’est à dire aux Iuges auant que d’auoir beu. Et en Ouide : Jpui Puteal’ Ianumque
tmet, celerésque calendas. Pource que les creanciers estoient ordinairementtirez eniugement
aupremier iourdumois, quinetardoitgueresàvenirpoureux. Maisau 2.3. du mesme œuure5
ii parle encore bien plus appertcmcnt au titre des Cygnes ; alleguant d’auoir veu chez le Car-
dinal Hyppolite de Medicis, vn Apollon de marbre antique,quîempoignoit de la main gau-
che le manche d’vne lyre (ce qu’il appelle Iugum ) laquelie estoit soustenuë sur le dos d’vn Cy-
gne,retournant gracieusement le coi 6c le bec vers les cordes d’icelie,côme s’il les vouloit ac-
compagner deson chantiUdroiteestoitappuyéesurs6ngen.oüiî, cenatvn archet: 6c àses pieds
loading ...