Philostratus, Flavius [Hrsg.]; Philostratus <Iunior>   [Hrsg.]; Callistratus <Sophista>   [Hrsg.]; Vigenère, Blaise de [Übers.]; Artus, Thomas   [Übers.]
Les Images Ov Tableavx De Platte Peintvre Des Deux Philostrates Sophistes Grecs Et Des Statves De Callistrate — Paris, 1629 [Cicognara Nr. 1933-2]

Seite: 140
DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artus1629/0162
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
% 'R.cimennnt

3n memoire)

•. » »
ttsy aAotÇipit

CLU 75 «s hiÇn-

ét, W re‘ 0~

gneifi a

*jié remis en
nature Jutï le
moyendu cbau-
Jeron ± ’çJJJ de
Vlotbo : sstj
quantd Pelops,
il fevible jne
son ejpanle ssa-
h’yye &re utse.
Car ce fut
Clocho qui
îira du chau
deron lcs mé-
brcs de Pe-
lops,dansJe
quelUsauoiét
esté cuits par
son pereTan-
tale. Pind en
l’ode Olyrn. i.
yiv Ksidzcpx M-
Cwraç t^eÀ£
KA&7wà

P E L O P S.

tenant coy3 sans toütesfois qu’il vueille demeurer ferme : ceîuy-là qui ne de -
mandequà bondir:&rautreàserendredocile. Lautre se mire&Iè plaisfc
en la heàuté cle Pelops, les naseaux tous ouuerts comme s’il henniisoit. Cecy
encores meritedestre entendu5queNeptuneaimeleiouuenceau :c rame-
nant enmemoire&Clechaudcron&CClotho : &£,quelespaulediceluysem-
ble ssamboy er &C reluire. Il ne le veut pas destourner de ce mariage,puis qu’il
y a son assedHon, mais se contente ainsi qu ainsi de luy prendre la main ; &C en
le tenant par la droite,luy touche les poinârs qui concernent la course : dont
ü sesentdesia toutglorieux &content,comme s’il mesprisoit laduersaire
sien. Et accompagne là dessus d’vn fronlsement de sourcil, la contenance de
ses cheuaux,iettant vn regard doux &C fier hautain tout enfcmble^ pource
qu’il marche ainsi auecques laTiare:delaquelle sacheueluresedesrobeen
formede petits ruissdets dorez, &C senvientde là rencontrer sur le front:
où elle sieurifl: quand & le poil fol de sa prime-barbe : tant que finalement
après auoir bieil voltigé de cossé &C d autre, le tout s arreste en son poind &C
assiettedeuë. Quantefl: du ssanc&Cdelestomach,enlemble toutcequise
pourroit alleguer touchant sa charnure nuë,le peintre savoulu couurir:
Car les Lydiens &C autres Barbares de la haute Asie, renfermans leur beauté
dedans telles sortes d'habits, sillustrent ôèparent auec ces riches estoffbs:
combien qu on se puisse assez embellir &C orner du naturel seul. Le reste
nous est incognu &C cach é là dessous. Mais la partie dela robe 011 vous voyez
sespaule gauche, lartifice du peintre la tout expres obmise^afin qu elle n ei>
seuelist pointsaiueur. Parcequevoicylanuidquigaigne pays,&Cladole-
scent est esclairé de son espaule, ny pîus ny moins que les tenebres par la beL
le estoille du soir.

ANNOTATION.

Dvrce discours icy dePelops a esté tres-eiegammenc traidé&poursuiuy de
v0 Pindare en la premiere Olympienne, en cet endroit qui commence.

?\ÇjL/U7m

esi 01 Khçoç 7TU.Ç) XctVOQjL AVesùU
7ri/\97icç sàçrmyJict 5 érc*

Séi gloirereluitenU tant renemmée colonie de Pclcps Lyclten , cjisaima autres-fois tc puijsint esbranle-terre
Neptune ; apres que Clotho ieut retircdu hien sourhy chauderon, ornéd’vne luisante ejpaule d’yuoire. Cer-
tesilya heaucoup de chofcs cjue ion tient a miracle : dt lcs fihles enrichies de plufeurs ingenieufes rnenfon*
ges, attirent plus a elles le cœur dcsperjonnes, que ne fera la njeritédJvne hijhire. Mais lagrace d?faueur dê
le Poesie, qui accomplittout ce qui ess agreahle aux mcrtels, é" leuramene de ihonneur & rcputationpar fon
tndussrie ,sait accroirecequiautrementferoitincroyahlede soy. Les derniers iours atirefle flont lesplusjageis
& certains tcjrnoïns : & cependant ceft le deuoir de ihomme de parler hcnorablcment des Dicux ; car on ne

magnstque Jouper ; ie dis que le porte-trident Nèptune ,fon penjèr dompté divn dessr amonreux, te rauitlors
fur Jès cheuaux dorez>, pour s enleuerenia Juprême cour dupar-tout reueré Iupïtcr: la ou Ganymede vint
puis apres pour le mejme ossice. Or apres que tu ne comparmplm nullepart, & que ceux qui te chercherent sort
Longuement, ne te peurent ramener à ta mere, quelqtfvn des enuieux vossns vint à part foy lors tout fou-
dain a dire, qne son sauôit mis, dejjecê dans vn plein chauderon d'eau bouïllante, & departy cà & là
par les tahles les loppins de ta chair, quon auroit mangée. cJJVLais à moy ce fleroit chofe trop irapertwcnte,

d’appelicr
loading ...