Philostratus, Flavius [Hrsg.]; Philostratus <Iunior>   [Hrsg.]; Callistratus <Sophista>   [Hrsg.]; Vigenère, Blaise de [Übers.]; Artus, Thomas   [Übers.]
Les Images Ov Tableavx De Platte Peintvre Des Deux Philostrates Sophistes Grecs Et Des Statves De Callistrate — Paris, 1629 [Cicognara Nr. 1933-2]

Seite: 147
DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artus1629/0169
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
HIPPODAMIE. 147

M, il l’auroit voulu prendre aforce, le precipita du Cap de Getefie dedans
la mer, qui depuisfutdefon nomappellée Myrthoïque.

Estonnement que vous voyez icy5 vient à raisbn
dOenomaus Arcadien5 & ceux qui crient pour ia
meGne cause, (vousioyez bien par.aduanture)cest
l’Arcadie, & tout autant de peuple qu’iiy a au Pelo-
ponese : pource que par lartifîce de Myrtilus 3 le cha-
riot sestant desrompu, est tombé par pieces : lequel
estoit attelé de quatre coursiers: Caraux expioids dè
ia guerre &C faicfts darmes, on nauoit pas encores ac-
coustumé d Vser ainsi hardiment de chariots à quatre
roiies5ains estoient seulement honorez Ô£ cognus és combats solemnels. Les
Lydiens mesmes estans grands caualcadôurs sur tous autres,du temps de Pe~
lops se seruoientbiende cochesÔ£carrozzes5mais ilsdonnerentpuisapres
iusques à quatre timons, &C furetles premiers, îesqueîs5à ce queion dit,cou~
plerent huid cheuaux ensembie.Regardez maintenat comme sont effroya-
blesceux d Oenomaus5& combienimpetueux àlacourse5poussezdVnerâ-
ge &C fureur 3 tous couuerts d'escume 5 (car vous trouuerez que cela est fort
particulier àceuxd’Arcadie) &C combien depiteusement noirsjpour estré
icy attelez à i execucion dVne si inique & meschante besongne, là où ceux
de Pelops sont tous biancsj (bupies & obeyssans à la bride5Ô£ hennissans ie ne
sçayquoyde bening5qui prometdesiasa viâoire. ConsiderezausslOeno-
maus estendu àlarenuerse5 #fier èC horrible,comme il sent bien son Diome-
de de Thrace. sestime certes que vous ne voudrezpoint mescroire Pelops,
de ce que Neptune ay ât admiré la beauté 5 îors que tout ieune encores il ver-
soit du vin aux Dieux en la montagne de Sipyle 5 &C pris vn extréme plaisir
enicelle 5 i’accommoda de ce chariot : iequeî roule tout auffi bien sur îa mer
que par terre 5 sans quVne seuie goutte d eau en rejalisse contre ressieu > Car
ies ondes demeurent fermes sous ies cheuaux 5 commc si c’estoit en vn terre-
plain. Pelops doncques &C Hippodamie ont gaigné le prix de la course5 assis
tous deux en ce chariot, ô£ appariezlà dedans mesme 5 tellement suruaincus
Fvn de 1 autre5quils sont transportez dVn ardet desir de s entraccoler.De luy
il est vestu fort delicat5à la faço de Lydie, au mesme aage & beau té que vous
laueznagueresveu5lorsquilrequeroitlescheuauxàNeptune: êceileesten
habit nuptial5n y ay at comme rien qu’elle s est descouuert la face5apres auoir
à la fin obtenu ce poindt de venir és mains dVn mary. Là deiTus le sieuue
d'Alphée tressaut hors de ses ondes creuses5pourpresentervne couronne
dÜliuier sauuage a Pelops, passant en coche le îong de sa riue. Ceux au reste
qui poursuiuoient lemarisged’Hippodamie, sont inhumez en ces monu-
mens que voila dans les lisses propres 5 iesquels Oenomaus a tous mis à mort $
tirant parvntel moyen en longueurlesnopcesde safille: ôcdesiaauoitfait
passer le pas iusqu a treize de ces ieunes gens j mais la terre produit des sseurs
ioignantleurssepulchres,afinquonles puisse aussivoirparezdechapeaux

&C guirlandes5 en la vibtoire obtenuë contre leur mortel aduersaire.

N ij

* Fier & hor-
rible.] cJç ÏQ.

è Aio/Jtv’chiç 0

psç, à la ren-
uerse } autant
barbare &
cruel qu’vn
Diomede de
Thrace. Oui*
de Metamoi-
phosej». Quiü
ctvni Thracts
equos httmanù
sangutne ÿa-
Jlos. Ce Dio-
mede Roy de
Thrace estoit
comme vn 'e-
xemplaire &
parangon de
cruauté, fai-
sant manger
ies hommesà
ses cheuaux.
Voyezle prc-
uerb e, Dio'me-
dea necefhtttfs
loading ...