Philostratus, Flavius [Hrsg.]; Philostratus <Iunior> [Hrsg.]; Callistratus <Sophista> [Hrsg.]; Vigenère, Blaise de [Übers.]; Artus, Thomas [Übers.]
Les Images Ov Tableavx De Platte Peintvre Des Deux Philostrates Sophistes Grecs Et Des Statves De Callistrate — Paris, 1629 [Cicognara Nr. 1933-2]

Seite: 193
DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artus1629/0215
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
NARCISSE.

m

A fontaine de vray represente fort bien Nar-
cisse 5 mais la peinture fait voir la fontaine j &C tout
ce qui depend de NarcisTe. Le louuenceau ayant
nagueres quitté la chasse, sest venu pknter sur lë
bord, puisant ie nesçay quel contentement deleau*
&C esl espris de sa beauté propre : Car il y darde (ain-
fî quevousvoyez)des oeiliadesestincellantesàma-
niere desclairs. Cest au surplus icy laGrotte d’A-
cheloüs, &C des Nymphes 5 le tout peint comme il
faut^ Car les statuës sont faites grossierement, dvne pierre de peu de prixà
De là vient que cecyen partie estvsé de vieilleste 5 en partie les enfans des
bouuiers &C pasteurs,tous idiots& folastres encores5 &C nayans cognois-
sance du Dieu ^ Tont rompu &C gasté. La source neantmoins n est pas des-
garnie de quelque Bacchanalerie , comme celle que Bacchus a produite
en faueur de ses ministrestes: aussi est-elle tapissée à Tentour de vigne &C de
lyerre j auecques de fort beaux pampres &C bourgeonst desgrappes aussi5
&C des Thyrses de costé &C d’autre5 où les oyseaux duits à chanter, sé vien-
nent en toute liberté eibattre, desgoisant chacun cequ’il sçait en sanatu-
relle musique &C ramage. Il y a quand &C quand des sseurs blanches, qtti
oncques n auoient esté veües auparauant : mais pour Tamour de l’adolè-
sccnt elles sont nées sur le bord de l’cau. Et commelapèinturesoit tous
jours tres-soigneuse d’imiter laverité, voila iene sçay quelle roséequi de-
goute des sseurs 5 sur lesquelles vne mousche à miel sest venuë poser. * le ne
sçay si elle ayant esté deceuë de Ia peinture,il faille que nous mesmes en
soyons deceuz3ÔC laprenionspour vnevraye mousche, &noncontrefai-
€tc. Maissoit ainsi:à tout le moins,ô bel adolèscent>cenest pas àucune
peinture qui t a abusé, &C ne te consommes pas ainsi, pour t estre mis à con-
templer ne des couleurs, ne des figuresde reliefjains l’eau ayantexprimé
ta semblance, tu nas sceu descoüurir quelle estoit la fraude &C tromperie
quetu as veu en cette fontaine 5 ne te hauster &C te baister, ou bien retirer en
arriere, ou mettre la main au deuant^ sans t’arrester ainsi en vne mesme
assiette : mais ny plus ny moins que si tu eustes rencontré vn autre qué
toy, tu attends ce qui part de là : de maniere que par cy-apres la fontaine te
feraseruird’vnefable. Orcettuy cyne nousveuten riènescouter^ains est
du tout d’yeux &C d’oreiües ententif, &C fiché à l’eam Disons doncques
commeilestpeint. Voile làtoutdeboutsurvnpied^puissurlautre^fesou-
stenant de la main gauche sur son espieu : mais la drôide est ramenée con-
tre le ssanc, afin qu en ployant la partie gauche, ia hanche se rebondisie d’au-
tant. Lebrasaureste monstre leiouren cèténdroitoùlecouldesècourbe5
&>C des rides &C fronstemens où le poignet sevient à tordrejatiec vne om-
bre qui se pose &C rassiet dedans la paume de la main : de laquelle ombre les
rayesvont enbiaisant:à causeque les doigts se tournent& replient parlè
dedans. Au regard du soufflet qui halette en l’estomach : si cela est d’vn
chasseur encores,ou d’vn amoureux desia^ ie ne le sçay pas bonnement.

T outesfois l’œil manifest e assez que cetuy-cy est at teint d amour: car le desir

“ R

* Ie ne sçay
Selle avant.]
es t’ t|<XTOT);-
Çst o» ■ûaro thç
y&vvç, eï te
H/MLÇ.lenespxi
fi elle a ejlé de-
cenëde la pein-
ture3on i ilsaut
(jne nous mes-
mes en soyons
deceus , la
Jrenions patsr
vrie vrdye
tnousche, II
veat dire,
qu'il nesçau-
roic pas bon-
nemcntdircfî
ellc est viue,
ou fî ellc est
peinte. Cai fî
ellcest viue,la.
peinturc des
fîeurs Taura
deceutî \ ainfî
que cclle dc
Zeuxis , du-
quel Je por-
traidl des rai-
sins inuita Igs
oyicaux à Ics
venirbccquc-
ter; ou bien fî
elle cst pcin-
te^Philostrara
aura esté trô-
pé, ainsi qne
fut Zeuxis
raesmc, pcn-
ianc que lc
lingc pcint
par Parrba-
fîus fust vn
vray linge.
Voycz Pline
liu. }j.ch, 10.
loading ...