Philostratus, Flavius [Hrsg.]; Philostratus <Iunior> [Hrsg.]; Callistratus <Sophista> [Hrsg.]; Vigenère, Blaise de [Übers.]; Artus, Thomas [Übers.]
Les Images Ov Tableavx De Platte Peintvre Des Deux Philostrates Sophistes Grecs Et Des Statves De Callistrate — Paris, 1629 [Cicognara Nr. 1933-2]

Seite: 234
DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artus1629/0256
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
234 ' LA CHASSE DES

ment est doré, 6C les resnes d’vne soye cramoisie Medienne 3 car cette cou-
leur donnelustre &Cesclatà lor,nyplus ny moins quequelquespierreries
estincelantes. Son vestement est vn manteau qui ssote au vent, ôê seplisfe,
de lacouleurdVn pourprePhenicien,que ceuxde ce pays-là prisenttant:
aussi est-ce le plus exceilent de tous autres:car encorequil semblequela
teinture sen obscurcisse 3 il reçoit neantmoins ie ne sçay quel lustre Sc beau -
tédu Soleil, &C est comme sur-ondoyédVn brillementdes plus viues sseurs
cramoisies. Maisluysevergongnantdestreveunuddeuantiassistance^sest
garny dVne camisole de fin escarlatin, parce que la iuppe qui est par-dessixs
narriuequamy-cuisse5 &Cau coude: écrit3 &Ciettevn gracieuxregard:sa
cheuelure estant telle &C non plus 3 qu elie nebat point sur lesyeux lors mes-
me que le vent la partrouble &C met en desordre. Or quelquVn voudra
peut- estre aussi loüer sa iouë', &C h belle forme du nez traiéHf, ensemble tou-
tes les autres parties du visage, chacune endroit soy : mais i admire son port
hautain &C superbe; car ilest vigoureux, &C dispost en veneur : &C fait bondir
son cheual, &C si sçait bien qu’on le regarde de bon œil. Les mulets &C les mu-
letiers luy conduisent son equipage : à sçauoir des filandres, &C pants de rets*
des pieux, &C des iauelots ferrez au bout. Puis les valets de limier, &C les ve-
neurs suiuent auec les meutes des chiens couraiiSj&l le vautrey,6c les leuriers
d’attache: car il est besoin non seulement de courre icy ia beste daiis les fortSj
&C en la fustaye,&: de lestriquer àlaplaine, mais de saborder encore aux ab-
boys.Et voila que louurier a peint des chiensLocriens de Lacedemone^d'In-
de,& de Crete: les vns fiers &C hardis aboyeurs 5 les autres cauts & rusez, qui
chassent le nez au vent par les portées 3 ou courent sagement ies voyes^ &C en
brossant clabaudent &C appellent Diane la chasseresse^car elle a vn temple
basty là aupres,& vne statuë legere pour sa tres-grande antiquité3auec force
hures de Sangliers &C d’Ours : &C aux enuirons paissènt les bestes qui luy sont
dediées 3 les faons de biches &C de cheurettes 3 les loups, &C les lieures parmys
tous appriuoisez, &C qui ne fuyent point les personnes. Apres doncques que
ceux-cy auront fait leurs prieres^ ils s en iront laisser courre^Se le Sanglier ne
se fera pas longuem ent battre dedans le for t: car voile-là desia sorty en la plai-
ne, où il rencontre les picqueurs, que d abordée il rembarre &C escarte. Ils en
viennentpuis-apres àbout, en lepoursuiuant : non qu îls arriuent àluy don-
ner des coups mortels, parce qu'il sbst desia muny à lèncontre, &C que ceux
quirassaillent sont vn peu esperdus &C craintifs5 mais se trouuant essangouré
&C appesanty dVne piaye receuë à sseur de chair en la cuisse, il s’enfuit à tra-
uers la forest5où il se va mettre à garâd dans vn marescage efFondré &C bour-
beux, &C vne mare ioignant iccluy. Les chasseurs le poursuiuent, &C fiastent
d aller, à grands cris &C son de trompes 5 tous ies autres iusques aumarezseu-
lemétj mais le Iouuenceau se iette auec luy dans la mare, &C ces quatre chiens
quand & quand : là où le Sanglier tasche deluy larder son cheual d’arriuée^
mais ilgauchist &C se destourne 3 &C se panchant sur lèstriuiere hors du mon-
toiier, lance vn iauelot à plcin bras, dont il latteint droit à lèscu, entre le col
&C l’espaule, là proprement où ils se viennét aisembler,de sorte que les chiens
lacheuentde porter par terre. Ses fauorits de dessixs le bord $ escrians à

l’cnuy
loading ...