Philostratus, Flavius [Hrsg.]; Philostratus <Iunior>   [Hrsg.]; Callistratus <Sophista>   [Hrsg.]; Vigenère, Blaise de [Übers.]; Artus, Thomas   [Übers.]
Les Images Ov Tableavx De Platte Peintvre Des Deux Philostrates Sophistes Grecs Et Des Statves De Callistrate — Paris, 1629 [Cicognara Nr. 1933-2]

Seite: 266
DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artus1629/0288
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
2(5(5

LES PRESENS

CüE

LES PRESENS

R V S T I QJV E S.

<A R G V M E N T,

Army/é/ autrcs tableaux d'importance^ ainfique nous auons
dejia ait en vn autre endroit 3 Phtlosirate a de coufiume d’entre-
raefier queiquesjcù de petitej plaifiantenes (si ioyeufietezj >où il
s efigaye cornme pour <vne recreationdu fiubjetprmcipal', ny plus
nj moms que les Peintres parmy leurs ouurages fiontdes persipectiuesfiigures
4’arbrisiseaux3 debefiions 3 <vieüles ruines 3 demolitwns d’edàfiices3 monta^

gnesîsi valées : enfiembie tels autres accejfoires tsi incidens, qpufieruentpour
enrichir3 donnergracealeurbefiongne3 (siremplirce quifians cela demeu-

reroitinutilementdefinué(si<vuide0endangerd’osifenfierla<veue. LesGrecs
lesappellent ou adioufiemensfiuperjïm 3 outre ce qui fiaitbefioing. De

mefime nofireAutheur3toutainfiiquefiidelamlle ils’en alloitfiairequelque
petit progre2V fà là aux champs pourprendme l’air3 (fi refiiouyr fion esiprit,

nous auoulu donner icypourlafiin clofiurede ce premier Iture 3 ie ne fiçay

quelles deficriptions desiruiffages 3 àguifie de cornes d'abondance apposées de
cofié d!autre endes fitucsou plates-peintures3pourles renfiermer auecarty

sfij leurfieruir de compartiment. Ce qui ne nous apprendpas rien d,efioy3 (fi ne
fiert d’autre chofie que pour <vnplus ample contentemet Gffiatisfiachon de îoeil:
neantmoins ie me douterois3quant àmoy,que tous cesfiruicts icy traitezv com~
me pour petits Apophoretes (fi efireines de village3 nefioient quelques ioyaux
de plusgrande importance que lessiigues communes 3noix,poires.pommes3rai-
fiins 3 autres fiemblables ouurages de la nature vegetaie 3 qui fiecommuni-

quent à îefitomach par la bouche 5 ny le miel fîs cailléencores 5 (3 quefious cette
Allegorie il rîy ait quelque fibllasitrerie cache'e 3 dont depeur d’osfienfier les ten-
drestsi modesies oreilles Jl vautmieux laisifer îinterpretation à ceuxquiy
*voudront depluspresprendregarde. oA toutes aduantures iefierois d'aduis
detendre quelque rideau au deuant 3 riayant peurnoins que d’amener ce qué
dient les anciens Autheurs là dejjus3 de peur d’osisienfier lesficrupuleux 3 resibr-
mezc Cs fieueres. Co?nbien que les Stoïciens qui îesioientaufii de leurpartau-
tant (A plus que nuls autresh nefiimajsent rien pouuoir efire defiale ny deshon-
nesie és paroles.quand on designe chaque chofiefielon fon propre naturelyfii notts
nom en voulons rapporterà Ciceron en ÎEpifire du 9. des Fa?nilieres àAL.
PapiriusFœtuSjqui fie commence 3 Amo verecundiam.

D E
loading ...