Philostratus, Flavius [Hrsg.]; Philostratus <Iunior>   [Hrsg.]; Callistratus <Sophista>   [Hrsg.]; Vigenère, Blaise de [Übers.]; Artus, Thomas   [Übers.]
Les Images Ov Tableavx De Platte Peintvre Des Deux Philostrates Sophistes Grecs Et Des Statves De Callistrate — Paris, 1629 [Cicognara Nr. 1933-2]

Seite: 334
DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artus1629/0356
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
334

ARRICHION.

dc vray cette Arethufe cjue tu aimes ainji: car clle esi claire & nette, & de safotirce iette vn bouillonsortpur, le
grauouerqui eftclair & luifant, adiouftant vne bicngrande graceà, Jbn eau, laquelle au dejfits d’iceluy pa-
roiftdecouleurargentine. AlphëEi cequeievoytulacognoissortbien>JïreNeptune,&my en vois
toutdecepus. N E p t. labonneheure,' rua,&iouysheureusementdetesamours. CMaisdts-moyencores
cecyje te'pneiou eji-ce que tu vids premierement cette c_ssrcthuj%veu que tu es d y Arcadie,&elle est demeuran-
Uà Saragojjd A lp H. CTumeretardes Ncptuneynoy quiay hafte,&tev.upartropcurieufementenquerant
demonfaics. N eptvne. Certestu dis la njenté. Va. doncques trouuertamieux airnce: drfburdant dere-
cbesdc la mer siite mefe en vn mejine lici auec cette fontaine, defirteque ce nejbit doresriauant qtivne mcf
me ean de vous deux.

L e s oiiuierssauuagcs croijsent le long d’Alphée, beaux à voirioignant cesgrojsis tousses d*Ache crejjeluê.
Decette Aclie queies Grecsappelient2gÀ/iw, nousenauons parlé susfisammenc au tableau
des Marescages, 6c monstré là que c’est vne herbe aquatique : comme aussi le confirme ce pas-
sageicy, où Pluiostrate lafait croistrelclong d’vne riuiere : Ôcccluy encores que nous auons
amené cy-deuantd’Hyginustouchantle petit Archemorc, que sa nourrisse Hypsipyle auoic
lai sse dessus vnc de ces Aches auprés d’vne fontaine,où le serpent qui y repairoit le mit à morc.
Reste maintenant desçauoiraquoy les Anciens rappliquoient en leurs ieux ôc sacrez eom-
bats. EtcombienquecefustenceuxdeNeméeà l’honneur d'iceluy Archemore, & non de
l’O lympie, dont il est icy question i neantmoins pource que 1*Autheur couchc cette herbe in-
cidement,&: aussi que nous ne dirons plus rien autre part de ces ieux Neméens,il vaudra mieux
poursuiure tout d’vn train ce qui en depend,&reste àdirc. Plutarque en latroissesmequestion
des Symposiaques,discourt bicn au long comme l’Ache auoit accoustumé d’estre empioyée és
ieux Isthmiens, qui se celebroient à l’honneur de Palemon ( donc nous parlerons en sonlieu)
premierquele Pinfust venu envsage : demaniere queTimolcon en la guerre des Siciliens
contre les Carthaginois,interpreta pour vn augurc de la vi£boire, d’auoir rencontré son armée
marchant enbataille)des gensportans desfaisseauxd’Ache:&non pour celuy de mort: caren
beaucoup d'endroitson prendcetteherbepourmortuaire& funeste,mesmementdedans Pli-
nezo.

Agrippa

dedté à Pluton aufi bten qt
qtie diy mettre les corps. Au moyen dequoy és sestins ileftoit loisible deporter des chapeaux, desguirlandes, &
bouquets de toutes Jortes diherbes & defteursy horshus de l’Ache, qui ne conuientaucunement à ïoyeusetê, ny
recreation, ainspluftostau dueil. Allegnantauresteiceluy Timoleon làdessus, qu’on en couron-
noit les vidorieux és ieux Isthmiques auprés de Corinthe d’où il estoit. La gaiere austî capicai-
nessè du Roy Antigonus auroitacquis lc surnom d’Isthmienne, àraisonqu’vne plante d’Achc
estoitcreuë d elle-mesmeau chasteaude Pouppe. Toutesfoisiimaintiencderechesquele Pin
estoit plus ancien, ôc quc l’Acheauoitesté introduiteenson lieu pour queique temps, par vne
emulation d’Hcrculesjiequelapres auoirmisàmort ie Lionde Nemée,auroitpoursouuenan-
ce desa vidoire institué des ieuxsolcmnels,oùles vainqueurs estoientcouronnez d’Ache:ain-
si que lemarquetacitementcclieu icy de Pindare,vers la fin de l’Hymne de Timasarchus
Eginete.

aüvùç dfjis K'yyeyv-
T\ vetsiTdcav,

yXcàosaJ/ <sCpstw x&ï&Jïj-*
nv, opovreasvet
VV CV dybùVl stdpUXTUTTDV
SaAtiae Ko&ivStoiç œètivoiç*

Luy (pariantde Callicles) habitantàcettehettreautonrd\^4cheron, trouutramalangttechanterejfedeses
loüanges, en quelle maniereau combatconsicrc auporte-trident Neptunejmpetueux esbranleurdelaicnc, il
sut honoré des Aches Çorinthiennes. Plus enlaz. Isthmienne à Xenocrates Agrigcntin,

cbc dyi/œr à&iJk)
ïcbrjUAcLV ci7T7wicnv vîqyv,

Tctv ‘Ztvox.si.vct TlorjJdcàv 07rdousç
Acoelcùv JunS <Pè$aj/ùù/uyL yj//$cv

7npi7nv aidtvcùVo

le ne chante pas vne vittoire Ijihmienne incognuè,acquisepar les chettauxjaquelle Neptune ayant ottroyec à
X enocrates, luyaenuoyevnconronnementd’AchesDoriques pourorner sonchef. Et ainfîque dessussin-
iterprete ie commentateur d’Aristophanes en la comedie des Guespes sur ce vers cy;
ovJï y JJj iv cnXdvcù 7T usiv, oùJè iv 7d/\ ryivq>o

Mn
loading ...