Philostratus, Flavius [Hrsg.]; Philostratus <Iunior> [Hrsg.]; Callistratus <Sophista> [Hrsg.]; Vigenère, Blaise de [Übers.]; Artus, Thomas [Übers.]
Les Images Ov Tableavx De Platte Peintvre Des Deux Philostrates Sophistes Grecs Et Des Statves De Callistrate — Paris, 1629 [Cicognara Nr. 1933-2]

Seite: 387
DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artus1629/0409
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
AIAX, OV LES GYRES. 3g7

Au regârdd cM'iax, ils’cslperdu en fès galeres aux longuesrames ; lequeldu conmencement N'eptune ayant H o m s r
iette vers les Gyresyochers tres-grands &pmlleux ; tll auoit neantmoins conseTuéfain&sauue de ce danger:

&eufipourcertaineuitelamort,quelqueodieuxqtttl sus a Pallus,s’ilrTèus proferévnblasshemetrop exe~
crable, dont Neptune fc sentit mcruàlleufement offensé. Car ilosa bien dire que bongrémalgréque les Dieux
en eujsentjl fc sauneroit desgroffes & impetueufs vagues. Parquoy Nepttmefoudain quill’eut ouy desgorger
de siinfolentes &ftperbes paroles,prenantle trident ensa sorte mam, enfrapa la pierre , dont il abbalu vn
quarticr qui tomba dans Leauff le refie demeura debout cornme auprecedent. CUais ^Aiax qui s'essoitperché
la dessuSy s’en alla asonds, & aïrfpent apres auoir trop beu d’eau falée.

S v i t puis apres vn iieu bien plus ample à ce mesme propos de Quinrus Smyrnéen. au der~
nierliuredelasuited’Homere3oùiIaexpresTémentpris plaisirde sedilatcr surla description
d’vne tourmente 8c fortune de mer, merueilleuse sur toutes autres j laquelle nous auons bien
voulu inserer icy toute entiere,pour les beaux mots,&: riches maniercs de parler qui se peuuent
introduire de plus en plus en noslre langue par de semblables lieux communs, empruntez des
Poëtes, Orateurs Historiensplus ssoridcs &:elabourez;àrexempledequelque excellenc
ioüeur d'espinette ou de luth, qui sur vn simple suiet de cinq ou six notes, ira neantmoins d^si-
courant vne 8c deuxheures,si bon luy semble,sans en sortir; 8c tousiours en nouueaux accordi,
passages,&fantaisies;ledéguisantpar ce moyen d’infinies sortestoutes differenteslvne de
î’autre; combien qu’à la verité ce ne soit qu’vne mesme chose, Et en cela gist l’abondance tant
recherchée (aumoinsle doit-elleestre) detousccuxqui veulent mettre lamainà la plume;
estantbienplusaisédcretrancherd’vneoraisonplantureuse, toutaussi bien que d’vn accou-
strement, que non pas d’adiouster à celle qui demeure trop court alfamée,

Troye faccagée & desiruite, les Grccs s’enfuffent retournez, sains &sauues en leurspays ffans aucun Qjl* ntvs
destourbier ny encombreparleschemins, neufteftelecourroux&indignation de Cfrlinerue fflledula hault-
tonnant Iupiter : laquelle dessitée tout outre contre Aiax fils cLoïlcus, luy apprefavne tres-gnefue & doulou-
reustftn, lors qu’ilsut arrméprès l'ifie de Negrepont. Pour à quoyparuenir elle s’en alla tirer lupiter à part^
hors de la compagnie des autres Dieux, & luy parla en cettefirte > nepouuantplm resraindre enfon cœurl’i-
re qui la masirifiit. Tres-pvissant pere, les hommcs entreprennent tnaintenant de telles chofes à
l’encontre de nomssîi cft impofiible de lesplm endureren saçon que ce foit:n 'ayans aucun ressett,nyà toy,ny
a tom tant que nom fommes,parce que les mefchans ne fontplm chastiez, nepunis: de maniere que l'homme de
Inen ïouyt ordinairementparmy eux d’vne condition plm miferable & inique que ne sait le peruersj eftant
sans cefseminé-rongéd''afsiiclions & calamitez. Aufii ny a-tlplm de lieu à iustice : toute honte, crainte, &
modeftiesifint esuamuyts d’cntre les mortels. Or de moy ie ne me veuxplm arrefter en Volympe, ny estre ap- \

pellée ta slle, s’il ne m’eftpermis deprendre vengeance des outrages & mefehancetez, de ces Grecs : car Jsiax
ftlsd’OÏlem acommisvntrop execrable forfaiv enuers moy, n’ayant eu auame pitié de Casswdre qui me
tendoitfes innocentes mains ffans ressccberlelteu dont iefiiisfortie ; ne reuereren fon cœur vne immortelle
Deeff telle que ie fuis 5 ains a perpetré vne mal-heureté infupportable. Jssjon ne meporte point doncques
d’enuie ,fitensais à mon appetit, asin que les autres apprennent vne autrefots à craindre mieux lespunitions
& menajfes diuines. Ayant parlé de cetteforte , Iupiter luy ressond en doux termes. Masiile, ie nete
contrediraypointpour raifin des Grecs, carpuis que tu le desires ainsi, ie te donneray toutes les armes entie-
rement que les Cyclopes au labeur de leurs insatigables bras meforgent sans ceffe. Va-t’en doncques d’vn bra-
ttecourageeftnouuotrquelquegroffe tourmentequilesperdetom. C etla ditjlluy metesmains&i’efilairs
& lamortelle soudre, & le cdamiteux tonnerre ,• dont'elleeutgrande ioyeen foncœur. Ettout incontinentfi
vaarmerde l’impetueux reluisantplastron ,■ esblouyffant, hornble, & à craindre aux Dieux mesines : car
Vessouuentable chesde Medufee eftoit cizeléau milieu ,& au fommet dsiceluy, dessiers & hidsux ferpens qui
defgorgeoient de gros houillons dessammes. Cette armettre refonna effroyablement Jur la poissrine de U
Dceffe, tout ainfique quand la lumineufi region de l'air vient à estre agitêe dequelque penetrant eficlat dc
tonnerre : & prit les armes de fonpere, que nul autre de tom les Dieux, fors iuy tant feulement, nauoit onc-
ques osê manier : esbranla les hauts manoirs de Colympe, &pefie-mefia les montagnes auecques les nuées : de
maniere qu vne noire nuiffivintà counrir toute laface de laterre ,* & la mer s’enuelopa d’cfloisses tenebres:
à quoy Iupiter regardant le tout prit vn fort grand pldifir. Car l’air s’efmouuoit eftrangcment deffom lcs
pieds de la Deeffe ; & le Cieltressailloit tout autour de ce bruït emrme, ny plus ny moms que ft lupiter en
perfonneffi forty luy-mesine au comhat. Mais non cotente de cdasile va depefchcr Iris deuers Eolus fur l’ob-
fcuremarine poursaire assembler tous fes vents equipez de leurs tourbillons & orages, droict aux rochers
Capharées }& que delà seruans fùr les Grecs renuerfassent lamer stns desfus deffous ; desbandans à toute
surie & outrance leursplus enragez foufflemens. Iris cela ouy feeprepara foudain au meffage, couuerte entie-
rtment, &enuironnêedenuêes que vous diriez estredefeu mefléauecques de Lair, ou eau bleu’e :puis s’en
alla tout droitten Eohe, là ou font les cauernes des impetueux vents, dedans degroffes rottures de rochcrs as
pres, creufis & retentisskntes,* & là aupres le Palats d’Eolus, ou elie le trouua auecques sa femme, &fe-> dou-
zeenfanss ne luy saisant feulcment 'que dire ,* Minerue defire&brasseen fon cœurla perdition des Grecs à
leur retour. A quoy il obéyt sur le champ : & fortant hors sen va heurter de fonsort trident la montagne, ou
les tempeftatiss &fonoreux vents eftoient eftablez» en vnprosond cauain ? d ou tout, a l heure retentit vn de-
loading ...