Philostratus, Flavius [Hrsg.]; Philostratus <Iunior> [Hrsg.]; Callistratus <Sophista> [Hrsg.]; Vigenère, Blaise de [Übers.]; Artus, Thomas [Übers.]
Les Images Ov Tableavx De Platte Peintvre Des Deux Philostrates Sophistes Grecs Et Des Statves De Callistrate — Paris, 1629 [Cicognara Nr. 1933-2]

Seite: 441
DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artus1629/0463
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
LE CYCLOPE.

44*

’vne telle inj'olence, de jc mocquer & mesdire ainsidcsgens 'fànspropos : sibien qiiïlme semble que ce que tu en
fus, esipar vne certaine ialousie îpour-autant quvn iour celuy-là gardant fôn troupeau d'aUanture fiurvne
salaifii comwe il nom eufiappercen que nom nom esbations le longdu riuage aupieddu mont Ethna qui sad-
uance en la mer,ii ne vom daigna pas àgrand'peine regarder 'tom tantque vom esiiesc vom àutress màis luy
femblay la plm belles & icttafion oeilsiur moy feule. C <fi ce qui vom fiafche deplmy comme csiant vn indice ïn-
satllibleque ïevomprccclle&aduanceen beaute, CS 1fuislaplmdignc d’esire aimée:au contraitequ onvous
messrfie ,&laïjfie-lajîfirirpourgraine. D o r. 'Tefimble-ildoncques qu on tedoiueporterenuiede cela,jià
celuy qui efl vn Paftre en premierlieu y&puis-apres demy aueugle, tu as fiemblelaplm be/le ?Et encore, que
pourroit-il auoirtrouué d*agreable en toy outre la blancheur iElle Luy plaisà mon aduis, pource quilesiaccou-
ftuméaufromage mol, & au laiss, au moyen dequoy taut ce qui leur rejsiemble, il le iuge mcontinent beau àjbn
gouft. Autrement quand tu voudras scauoir quelvtjage tu as ,contemple-toy de quelque ejcueildedans l’eau9
ty mirant attentiuement quand elle Jèrabien calme : tu ne verras certes autre chosequvne blanchcurperpe■*
tttelle , qui neftpoint iamais approuuée ,sivne vermeille & viue couleur meflte parrny ne luy apporte quelquc
plm agreable pointe. Gal. Au moins moy quifuis si dejpiteusement blanche ay vn teisiruiteur : & cepen-
dant iln’y en asas vne f 'eule de vom autres dmt nc Pastresne Marinier, nc Pasieur que cesioit, tienne compte,
Ce Polypheme au resite ( sans que i’enparleplmauant) eftaufiifiort expert à chanter. D o R. Tais-toy>Gala-
tees nom auons asfiez, ouyfa belle mujique,quandnagueres iïjretilloit apres toy. Mais, ô tres-faincie dame Ve-

la lcnguenr prcsique d'vne coudée : & ayantpuis-apres attachédes cordes, quà grand' peine les pourroii-on
tourner& estendrc duèc vnguindal, ildejgoijbit là-defifm ie ne fiay quoy desiruràl& defi-accordant, que ce-
sioit trop grande pitïede l’ouyr; entonnant de la votx vne chosie > cependantque la lyre en rauaudoit toutvne
autre d'vn mal-gracieux contrcpoint. Deymanicre que nom ne nompcusmcsgarderd’eflclaterde rire àpieine
gorgedecettesimetodieufe armonie.Car Ëcho jit conjcience de rejjondre à ce hefïantynccrequcllefioitsigranct
babillardcy &eut honte d'eftre veu’è contre-faire vn chântfiènroué&ridicule. Cegentilmignon dauantage
portoit entre ses bras vn bcaupetit iouet &pajfic-tcmps > à fçauoir le fiaon â’vn Ours, veiu & couuert d’vn soil
rude & efioisy non gueres dijfiemblablc dusicn, siut est-ce doncques qui ne te porteroit enuie de cegaland ser-
uiteur, G alateey & ne defireroit de le te desbaucher&soustraire ? Gal. Mais toy, Doris yrnonstre-nom vn
peu le tienieteprie, quissoitouplmbcau 'ouplmlaidque n’estccttui-cyy&quifcache mieux chanterou louer
de la lyre. D o r. Ie nen ay pointde vray, & ne me venxpas vanterde cela, comme fe testois bien aimablcs
mais vn tei amoureux que Eolypheme yfientant de tom poinsis le bouquin & le saguenazj ; & aucc cela viuant
decbaircruéy deuorani lespajsiins yfiquelques-vns abordcnt deuers luy, ayes-le hardiment, carie telc laijfie de
bien bon cœurà toy feuley & aime-le de toute ton ajfeffion fi bon tejèrnble. Ie ne t’enuieraypoint vne tellefeli-
cits&contcntement. Toutesfois Ouide au 13. de ia Metamorphose > fait cette Galatée eilre fille
de Nereus ôc de Doris*

At mihiy cui pater eft Nerem, quam cœrula Doris
Enixa efi. >

Laquelle estant amoureuse d’Acis, le Cyclope îes surprît ensembîe : 6c clle s’estant soudain
jdongée dedans les ondes, le pauure mignon y demeura pour les gages. Car pensant se sauuer
a ia fuite, Polypheme iuy ietta à dos vn gros quartier de montagne, 6c l’aecabla : mais par la
commiseration des Dieux îi fut transformé en ruisseau.

Jfui nisi quod maior, quod tota cœrulus ore eft,

Acis eratysied jîc quoque erat, tamen Acis in amnem
Verfius, & antiquum ienuerunt jiumina nomen.

Quelques-vns au reste ônt voulu intetpreter Galatèe pour seaü doüce qui entredans lamer,
pourcequiln’yarienplusdouxquelelaiâ:,&:Doris pourlasaléejquiontquelquedisputeàsc
mesler i Polyphemc pour sair (comme il sera dit cy>âpres des interpretes d’Hesiode ) iequei aimc
mieuxlasubstance douce. Yoyez ieprouerbe, « Jàvaattj ©s7i/oç vc x) TctT&vé'm \pdv.

C E v x quïmoijfbnnenticy les bleds,&quivandangcntles vïgnes,n’ontpointlabourèneplantèccla> rnais
laterre,6cc. Cecysemble, sinonauoir estétranscritdemotàmot jàtoutlemoins empruntédu
5?.derOdyfîee j là où Homere parlant de là forme de viure des Cyclopes, dit ainfî.

¥Lvz\ûù7mv cs \ç ycuav \sdppioi\tev d^/uuçzov
htojuj, di pct viQiai myroidvTiç cLîktvdroicnv2
èsz fvvivxoî y$pàiv Çvrlw, zr ct&acnv, &C.

Nous visines en la terre des juperbes & outrageux Cyclopes, iejquelssie remettansjur les Dieux imntortels, ne
plantent de leurs rnains herbe ny arbre que ce fioit, ny ne labourenti mais teut leurprouieni jàns cuitiuer nefe*
mer: le sroment, iorge, & les vignes, quiportentle vin àgrojsiesgrappes ,* à quoy lapluye du cicldonne accroijsie-
ment• Ilsnontau rejie aucunes ajfiemblècs dt vïile ,pour dehbcrer des ajfaires, ne loix, ftatuts,ou couftumes:
rnais habitent és cimes des plus hautes montagnes dans ies cauernes creufies, là ou chacun d’èux donne U
loy à Jes siemmes & ensians> sians fie fioimer aucunement les vns des autresc Plutarque au Trai£tc

Homjih.

/
loading ...