Philostratus, Flavius [Hrsg.]; Philostratus <Iunior>   [Hrsg.]; Callistratus <Sophista>   [Hrsg.]; Vigenère, Blaise de [Übers.]; Artus, Thomas   [Übers.]
Les Images Ov Tableavx De Platte Peintvre Des Deux Philostrates Sophistes Grecs Et Des Statves De Callistrate — Paris, 1629 [Cicognara Nr. 1933-2]

Seite: 458
DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artus1629/0480
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
4

458 P H O R B A S O V

babitdns dc eêt endroit de terre ferme, que four y saire de là en auantsa dcmeure. Et luy sit tout plein
de beauxprefens ; d'vn cacbet, mefmement entf 'autres chofes d'vne pierre frecieusi, grauée & enchas
sée cn or. CMais estant qttelque feu apres retourné à Egine , Felcm le mit tout feudain à mort. odV/*
moyen deqttoy encette peinture >your rejfouuenmce de leitr amîtié s Iafem fe monftre fort defirenx de re-
uoir ce cachet, & Fhocus le luy tendpourle prendre. desfm d'eux ess Mera, asiife ausii fiur vneperrc, la-

quelle futftllede Pretus fels de Thcrfmder , fels de Sijyphm. Etpuisapres ^Acteon ftls st Aristcns, auec la
merc d’Acicon : ten^nsentrc les mams vn faon de Bichei l’vn & l'autre asiis fur vn cuir dc Cers o///-
prés d'eux cst vn chien courant, pour monftrer la vic çj la mort d’ AcFeon. Jfiuand vous viendrez, utter
vcftre œil au bus de la peinture , apres Fatroclus vous verrez, Orphée , comme appuyé fur vn fcpukhrc,
çj tenant en la main gauche vne harpc ,• & de la droicte empoignant les brancbes d'vn faulx, vers le~
qucl il fte panche. Il ftcmble que ce foit là le 'bosqttet de Proferpine, ou felon l’opinion d’Hornere , croijsent
lcs aunes çj les saux. La façon d'Orphce efl du tout à la Grecquc , ftms rien ftenttr du Thracien , ny à.
fen veftement, ny à sa coissure. A l'autre cofté du Saulc s'appuye Fromedon , duquel on cHime le nom
auoir efté forgê par Folygnote > ainfi que quelque poetique sction. Toutesfois d’autres ont dit qu'tl fut
Grec ,& tres-curieux de toute ferte de Mufique ; mais Jurtout des hyrnnes d'Orphée. Suit puis apres Sche-
dius, qui à l'entreprife de Troyc sut chesdes Phocenfeens : & puts Pehas afits en vnc chaire, ia barbe &
les cheueux tom blancs. li regarâe Orphée : mals Schedius tient vn poignard, & efe couronné d’hcrbe
Jkuuage, Ioignant Pelias eft fiis l’aueugie Thamyrls sortmalenordrc, ayant le poii long & efeaisà la te-
Jte çsi au menton. Sa iyre luy ejt ejcoulée à Jès pieds ,* les branches d’icelle rompuès , & les cordes efcha-
pécs. i_Au dejfiss de luy Marfy.ts cft en fen Jèant sùr vn rocher > & ioignant luy oLympt en forme d'vn
beau icune garçon sort expert à fonnerdes ssntes. Orlcs Phrygiens qui habitent en Celenes maintiennent
qne le sseuue qni pajjè par leur ville sut autressots vn menestrier : & que ce Marjyas inuenta Usslutes. Le-
quel d’abondant auecqnes i'eau de la riuierc, & à tout leson de fes inftrumcns leuraida à deffaire l'armée
des Barbares. Si de ià vom icttcz, voftre veuë au haut de lapeinture, vom verrez apres Actcon, Aiax SaU-
minien}Palamedes,&Therfites> quipajfent le temps auïcu d'Efehets, muentépar Palàmedes. L’autrcAiax
les regarde ioucrftont le teint retire à vn qui asait nausragaayant encore lafaulmeure attachée à la chair. ro-
lygnote apeint en vn mejmc endroit} sort àpropos lcs enncmis d'Vlyftses: car Aiax sils d’OÏlem luy vouloit mat
mortelde ce qu ilauoit constilléaux Grtcs cle le Upidtr} peurauoir violè CaJJàndre : çsi Palameâesde le noyer
estant aüéprendre du poijson. I ’ay leu ausii dans les vers €ypriens?que Diomedes sut par luy mis à mcrt/JWc-
leagerftlsa'Oenem estplm haut qu’Aiax, &monstre âeleregarderattentïuement* Tom ceux-cy ontbarbey
horfmis Palamcdes. Et quant au trefeas de Meleagcr, Homere a efcnt que les Furies exaucerent les maledi-
csions d’Althccyaumoyendequoy ilsinajcsiours. Lesautresdientqu’il sutmis à mortpar Apollon, quandil
âila aufecours des Curetes?contre les Aetoliens. Mmspourle regardde U siction du tijonsatascomme s ?ileuft
estèdonnepar les deftinées à Althée, Crque Meleager nc pouuoit mourir? quepremierement ce tison n'cuft
estèconsomméparle feu : puis en quclle maniere Althée le brusta de destit (J courroux, Phrynicmsils de Po-
lyphradmon?lepremierdctonsl'amiscn auant enla Tragediede Pleuron. Toutesfois il ne monftrepas de
s''cjtre beancoup eftendu à traicter cette sable, comme ont accotftumé de saire les auires quand ils vien-
nent àpublier quclque nouueautè creué en leunardin : maïs quil ne l’a vmlu feuhment qtte toucher en paft
ftant ypource que cestoit choftc defta toute cognuè çj diuulguèeparmy la Grece. Au bm dc lapeinture conjccn-
tinement apres Thamyris Hckterest asiis, ayant les deux maitts reployèes autour dugenouil gauche ?en gefte
d’vn homme outrê de douleur: &puis Memnon fur vnepierre? & Sarpedon mgnantluy, le vijkge abouchons
plaquèdans lapaume de fes dcux mains. Mèmnon Itty met la ftenne deftstus lefeaule ,* (J tous ont barbc. Atù
manteau de Memnon fontftgurez certains oisteaux appetlez Memnonides ,* iefquels ne faîllenttous les ans (à
ce que dient les habitans de s Hcliefeonte ) de sen voleràcertains iours vers fon ftepulchre ?là ou ils ferclcnt
& Ubourent auecques lespieds fi ie bec, les arbres & herbes qut feroïentdemeurêes courtes, çj lcs arroufent
deleurs aisies baignèes de l’eau du ssenuc Acjàpus, Contre Memnon eft vn ieune garçon Ethiopicn peint
toutnud ipour denoter que Memnon (ft&it Roy des Ethiopiens. Neantmoins il nc partitpas de l’Ethiopie
pvur aller au fècours des Troycns , ains de la viiie de Suses cn Ferfe ,* çj rangea fous Jon obeyjsance tous
lespeuples estans entre deux? dcpuisla riuieredc Choafees. Les Fhrygïens meftmes monjirent encores le
chemin parlcquel( ayant cherchèlesplus courtes addrejjes de ces quartiers-là) il mena fèn armée : çsi est
. la v&ye dinisèe par interuales de rcpeués. k_Au dejftts de Sarpedon & Memnon fte void Paris sans barbe, cla-
quantdes mains i'vne contre sautre à la mamered’vn payfan. Vous diricz qu’au fon de ce batement ïlappel-
ieFcnthasiièepour veniràluy? & elley acconrtfondain?leregardantattentiuement: ncantmoinsà famint
eiic monftre le dcfdaigncr, & nen temrconte. E/le estpeinte au refteen habitde vierge, ayant vn arc fem-
blable à ceuxde Scythie, çsi Jur Jès efeaules vne peau de Leopard. Les semmesqui fèntpourtraictes an defi
fus d’elle ?portent de L’ean en des tcfts dcpot ,* i'vne sort belle, à la voir ,* L’autre defia vn pcu pasièc. Toutcs
d ux fms aucun tiltrcparticuhcrpour ks recognoiftre ,* neantmoins Tinsiriptïon commune monftre que ci ne
Jèntpas religicufes. Apres ces si mmes touten haut? eft Caliisto sille de Lycaon ,* Nomie aufii, çj pero silie de
Nekus, leqttel demandoità Iphyclus fes bœusspotirla dotd’elle. Caliifio porte vnepeau d'Ours en lieu de
mantelïne ?&alespicds furlesgenoux dcNomie?queles Arcadiensalleguent,ainjiqu'U eft dit cy-dejfus,
eftnvne Nyrnphe naturdle dehurçontrèe, Les Poètes auresie diem que les Nymphes viuent fort longue-

menti
loading ...