Philostratus, Flavius [Hrsg.]; Philostratus <Iunior>   [Hrsg.]; Callistratus <Sophista>   [Hrsg.]; Vigenère, Blaise de [Übers.]; Artus, Thomas   [Übers.]
Les Images Ov Tableavx De Platte Peintvre Des Deux Philostrates Sophistes Grecs Et Des Statves De Callistrate — Paris, 1629 [Cicognara Nr. 1933-2]

Seite: 534
DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artus1629/0556
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
E V A D N E'.

A R G V M E N T.

Dra s t v s Roj d'Argos ajantâonnêl >rune defesfdles en rnana-
ge a Polynicespls d’Edippus _, ill’accompagna auecques toutes fes
forcesff celles defes alliez,pour tallerremettre au Royaume de
Ehebes : mais l’entreprfe fucceda fimal, que tous y laifierent les
ruieSj fors ice luy Adrafius > ($* Amphiaraus le Prophete^ lequelneatmoins en
s en retournant > fut engloutj tout vtf de la terre en la contrée de l'Attique,
Adrafius enuoja depuis demandergracieufement a Creon^ qui s efioit empa™
ré dela couronneparla mort des deux hoirs d’icellejes corps de ceux qui y
auoientfiné leurs iours0 afn de leur donnerfepulture ; ce quil luj refufa tout
d plat. Au mojen dequoj nefefentant asfeZj fort pourl’amener d cette raifon^
il eut recours d Ehefeus Roy dAthenes ^ qui ensisiquelque dissictdté du com~
mencement ,pource quil nefe vouloit pasfidla voléeprecipiter d njne guerre
non necejsaire luj (f sonpeuple pour chofe mefmement qui ne luj touchoit en
rien: rnais njaincu d lafinpar lesprieres (si insiances de fa mere Ethra> il me~
nafon armée contre Creonsiequelapres auoir receu des Atheniens quelques
dommages (fi degafis en fes terres > rendit les corps depeur d’auoirpis. Êhe~
feus fit Id enterrer furle lieu les simples foldats 3 emmenales Princesd

aAthenes, ou il leurfit d tous de fiort magnisiques obfeques ^felon la mode des
Grecs fiors d Capaneus. Car pourautant quil riauoit pas efiétuéde main
dihomme \ ains par la dextrepropre de Iupiter^ qui le foud.royad causede fes
bbasihemestsimaugréemensd cettecaufeletenottcommepour chofe in~
terdite (si excommuniée JeJit brujler dpart des autresdd on fa femme Euad-
néfille Ilphysj 'vaincu 'édivne impatience d’amourqu elleportoitd fon mary^
s'esiant ornée de fesplusprecieux habillemens (fi iojaux 3 tout ainfi quepour
afifier d quelque folemnel facrifice 5 auant qu on s apperceufi de ce qnelle
auoit enuie defiaire^feietta du haut d’vne roches au pied*delaquelleonbrufi
loit lecorps)toutaubeanmilieudu bufchery finaIdpiteufementfesiours,
en la compagnie de celuy quelle monfira auoir phts cher que sia propre viesiaif
fantvnexempletres-memorable d toutes les fiemmes dhonneur^nonpas de
fiaire ce quellefit ^pour la feconderen ce defesioir, mais d tout le moins d’vne
ferme ($ confiante amour enuers ceux qui leuraurontpremierement esiécon~
jomts par vn lojal (si legitimemariage.
loading ...