Philostratus, Flavius [Hrsg.]; Philostratus <Iunior> [Hrsg.]; Callistratus <Sophista> [Hrsg.]; Vigenère, Blaise de [Übers.]; Artus, Thomas [Übers.]
Les Images Ov Tableavx De Platte Peintvre Des Deux Philostrates Sophistes Grecs Et Des Statves De Callistrate — Paris, 1629 [Cicognara Nr. 1933-2]

Seite: 551
DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artus1629/0573
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
ijiton flonge dcdâns s eïte âllum ’ eantmoins ccuxqui fontcjleïnts,Jion les en asfrochede loing. Ce que

Pline au 6.chapitrc du i. liu consirme: & y adiousbe dauantâge, quesiurlemidy elieestcousi-
ioursàsiec-j à raisiondequoy c Fappelle Amfetuomenos. Deià elle recommenccàcroistreiusi-
ques à minuict quclie est tc r e pleine; pms diminuë pariesmcsimcsdegrez îusiquaumidy,
qisielie sie trouue dercchefitarie.

nement à ce siymbolc bc mot doré de Pythagoras, &vv7ivJïnvç ^y%vv\,jàcrijiezpieds nuds-.

faisiant nospriercsiifiautesttc àdeliure de toutes autres sioiicitudes, afin quenostrepensiée sioit
dutouc atcentiueà luysieui. Mais quantà coucheràcerrc; Lucian au traidé de laDeeste Sy-,
rienne,qtsiil appelle Astarté, iaquelle siouloit estre reueréeen laville de Hieropolis, en racon-
ce cecy d’vn autre endroit. Jguandqnelquvn ejloit là arriué, iLfèfaisoit raire La tejîe&lesfourcils :cela
saiff,& ayam immoiê vne oimlle, La detranchoit en memu morceaux, & s’en repaijfoit : puts ejhndantlapeau
par terre, s agenou 'ïlloit desfm, & mettoit lespieds & la tefte de La vicHme fur fon chef: faisànt ses pneresà

L a o v vne Echo de hronze ejl rcucrée :parce quily anoit vng' chaudiere d''airain dediêe à lupiter, &ca
Quant à cettegarrulité Sc causierie de Dodone, dontiiaesté touché quelquechosieau cableau
de Glaucus; ily a toutplein d’opinions là dessus. Lesvns (ce dit Zenodotus siur Menander) al-
leguansqu'à roracledeDodonc ilyauoit deuxCoIomnes hautesseuées jsurrvnedesiquelies
^stoit posié vn grand bassin d’airain : <Se en l’autrc i’eftigie d’vn ieune garçon tournantsiur vn pD

uo:, ieqùel tenoic vne esicourgée austi d’airaine Et quand le vent siouffloit vn peu roide, le foiiec
venoit à donncr contrele bassin, dont le son retentissoit long-temps apres. Les autres dienc
qu’il y auoit plusteurs chauderons arrangcz en vn cerne, s’entre-touchans l’vn l’autre tous : de
maniere quc frap/’ans l’vn, dc necessité il falloit aussi que tous les autres vinssent à resionner par
le consientement qui estoit entre-eujc, le coup passant de l’vn à l’autre, &: que par vn long temps
ee sion durast,tant qisiil cust fait plusiieurs fois sia reuolution : ainli qu’on peut apperceuoir au re-
tentissemcnt des cloches apres qu’on a cesse de les bransser : qui est ce que veut dire Ausiong
en sion epistre à Paulin.

Plutarque enladixiesimequestion deschosies Romaînes, metque îa coustume estoiüancîeii^
nement aux Romains, quand ils sie consieilloient à quelque oraclc, de faire faire vn fort grand
bruit auecques des vaisseaux de cuiure, pour offusiquer & esteindre la voix qui pourroit inter-
uenir là dcssiis par l’enuic du mauuais Demon, qui fust dc quelque ssnistre prcsage, & ies trcu-
^last en leur deuotion & attente.
loading ...