Philostratus, Flavius [Hrsg.]; Philostratus <Iunior> [Hrsg.]; Callistratus <Sophista> [Hrsg.]; Vigenère, Blaise de [Übers.]; Artus, Thomas [Übers.]
Les Images Ov Tableavx De Platte Peintvre Des Deux Philostrates Sophistes Grecs Et Des Statves De Callistrate — Paris, 1629 [Cicognara Nr. 1933-2]

Seite: 681
DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artus1629/0705
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
DE PHILOSTR ATE. <s8t

D E s Serpcnts tjuon dit auoirefiê engendrez des Geants, dont lcs peintrcs en attribuent sipt a Encela- i<£
dm. Les Poëtes feignent que les Gcants furent procréez iadis de la terre d’vne stature &c gran-
deur enorme ayant les piedsfaçonnezàguise deserpents oü couîeuures, pourfairc laguerre
aux Dieux, &c les desnicher de i’01ympe3oii ils viuoient, cc disoient-ils, trop à leur ayse : si
queMacrobe liure premierdesSaturnales, chap. zo. allegonsantiadestus, estimeles Geants
îLauoirestéautre chosequ vneracede gens impies& detestabies Atheistes, nians les Dieux,

Scnesesouciansdeleur DeïtéÔcpouuoir,au moyendequoyoh auroitestimé quils voulurét:
attenter de les ietter hors de leurs demeures, mettans pour y arriuer deux ou trois montagriei
l’vnc sur i’autre, que leurs pieds au reste s’aboutistoient en des entortillcmens de couleuures,
pour denoter n’y auoir rien en leurs pensées &L intentions qui fust droiâ: ny haut esteué, ains
toutes choses obiiques &c bastes &c qu’Hercules qu’il pre^id là pourla vertu diuinej les exter-
mina, quand ils voulurentmouuoir la gucrre contre le Ciel. Surquoy Scrabon liur. n. En
Fbanagorie esivn Tcmple sortsignalé de Venns [ùrnmomée Apaturienne, comme qui diroit deceptiue, ce
quï dcsbend d’vn telcompte. jgue les Geants s esians vouln rutr fur cefie Decjfie, elle inuoqua a Jbn ficours
HtrcidcSj demeurant cependant envne cachette, où a mefure qj'ils entroient Hcrcules les afiomma tousl'vst
apres l’autreyparlarujèdsellequi auroitdela obtenucefiurnom. Les Naturalistèslesinterpretentpour
descsprits&: vapeurs violentes, qui enferméesdans les cauernesde laterre sans en pouüoir
trouucr l’istuë, causent les trembiemcns d’icelle, auecdesemotionsstfurieuses quelquesfois,
qu eliesrenuersent les montagnes,dont elles estancent des quartierstous eritiers contreiuont
vers le Ciel, comme ii c’estoitpour luy faire laguerre, mais quant est de leursiambes &c pieds
serpentins, Ouide les auroit de là appellez Anguipcdes encertainendtoit des Metamorphoses,
où il leurattribuë cent bras :

—— Cum centum quifique parahat
ïnijcere À nguipedum captiuo brachia colU.

Mais pîus apertement au 5. des Fastes.

Terraseros partus,

Immania monsira gigantes, &c c.

La sierre enpmta les Geantsy
Adonssres ïnhHmainsy qui ojerent
Aller chercher lupiter
lufques dedans fes demeures.

Asdle mains elle Lur donna^

Ft des serpents en lieu de ïambes :

8t leur dity al\eg-<vou6 en
x^Aux celefles faire guerre3
Jis s efsorçcient ja cscjleuer
Des montajnes lujquaux essoilles,

Pour donner d jupiter,

Vne griejue & rude essrette,

Miïs luy dardant du baut du Ciel
Sur ces exccrables fessoudres,

Fit renuerfer defus eux,

Les fardeaux quds remuerent.

Virgile non plus ne i’a pas oublié en son Æthna?

Hts natura fiua efi aluo tcnm : ima per orbes
SquammeU'S intortos Jinuat vefiigia Jèrpens.

Dont l’Empereur Commodus dans Lampride souloit appelier Geants ccux qui auoîent les
iambes &c les pieds tortus : ceque Diodore prend pour l’obliquemalignité des meschants,qui
anciennementoppresterent lapîusgrande partde la terre, comme ils font encore, lesquels
nemarchent iamaisdroid,ains tomllans,stqu’ils chancellentàtous propos, principalemenc
ceuxqui taschentde violenter ladroidereligion&creance,representéeparEzechiel en ce
quildit, que les iambes&les piedsde ces quatre animaux, qui ioustenoient le ThrosnedG
Dieu, representans nos quatre Êuangelistes, estoient droids,au cotraire des impies Sc detesta-
bles,qui ne drestent iamais leurs pieds à ladroide voye,dit S. Ambroise apres le Psalmiste,ains
retournent incestamment à leurs iniquitez &c malices, comme les pourceaux qui se veautrenc
£>C tantoüillent dedans la fange, selon Lucrece : Infattabiliter toti voluunturibidem. Enceladus
aureste, dont il esticy question,estoit l’vnde ces Geants, ftls dc Titan &:delaTerre,&leplus
loading ...