Philostratus, Flavius [Hrsg.]; Philostratus <Iunior> [Hrsg.]; Callistratus <Sophista> [Hrsg.]; Vigenère, Blaise de [Übers.]; Artus, Thomas [Übers.]
Les Images Ov Tableavx De Platte Peintvre Des Deux Philostrates Sophistes Grecs Et Des Statves De Callistrate — Paris, 1629 [Cicognara Nr. 1933-2]

Seite: 696
DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artus1629/0720
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
6ÿ 6 PROTHES I LAVS.

Cecy au surplusfirent 1 es Grecs contre Helée, &C AÛée enfans du sseuue
dessus-dit I ster, qui ne cornbattôient pas comme les autres, ains à la façon de
Hedor?de delsus vii chariot attellé de quatre Coursiers:mais Aiax marchoit
fieremêt contreeuxlalàmèàupoihgfdontil saisoit cliquetter sagrandetar-
guepour espouuenter leurs cheuaux, lesquelsprindrêt soudainlefrein aux
dentscommeforcenez, 6C se cabrans reculerent arriere, si que les Scythes
n ayans plus d attente en leur chariot ainsi partroublé5mirent pied à terre,&!:
s’en vindrent defuriecharger sus Aiaxÿ laoucombattàns côurageusement,
ils sinerent fvn & fautreléurs iours. Prothesilausèn outré racotôit les faids
ÔCproüessede Pakmedes comme fort grands &C signalezjequel aüecques
Dioméde Sthenel ayantmis à mbrtÆnus, SCceuxde sâ troupe, nèsti*
moît pas poùr cola auoir fait chose dont il deust obtenir vne récômpêse ho-
noraire de sa vertu, ains remettoit cela à Diomede, sçachant assez qu u cher-*
choit d acquèrir toute sagloireôCreputation des faiÆs h'elliqùeux : mais iî
les Grecs proposoient quelque couronne de prudece,qu îl ne souftriroit pas
quellefustdonnée à vnautre, dautant quedesoïiplustendre aage il auoit
aimélesçauoir, &yappIiquoit toutesasollicitude ôCentente. Prothesilaus
dit deplus\qu’il s'attaqua lorsàTelephe, auqùel nonobstânt qu sil fust vi£
encores &C toutlainftl auroit osté sa rondelle, &C qu’Achilles estant sürüehu
làdeiluSjlechangeaàinsi denüé deies armeSjSèleblessàd’abôrdée à îa cuissè,
dontilguerit depuisdeuantTroye, maisqueTelephéde ceste playe séua-
noiiit, endangerdepalscrlepàsiîles MysiensnefussTent arriuez au secours,
qui le tirereht horsdelamessée,oùplusieurs perdirent les vies pour le re~
courre, dusangdesquelslariuierédeCayqùe enauroit coulé toute rôugc,
Item, qùilleroit entrééncontehtioïitouchant la rondelle süsdite àüecques
Achilles qui se la vouloit approprièr pour auoir blessé T elephe, mais que les
Grecslaluyadiugerét, parcequ JAchillesnePeustpasnaüré,sîpremierPro-
thesilausneluy eust osté sadestbnse. Enapres, quelesMysiennes combatti-
rentlààcheual peile mesleauecquesleurs marySjtout ainsîque des &ma~
zones, &C quecellequi commândoità ceste femininc cauallerie sappelloit
HierecspousedeTelephe,laquelle àcequondit, fut làmisc à mort de la
main de Nereus, carles Grecsopposerentlesieünes gens de leùr armée, qui
nèstoient pasencoresbienagùerris,àcet esquadrondefemmes,qui seprin-
drent àescrier àhautevoixquandilsvirent îeur coronneîle par terre, &là
deilus s'estans mises à vauderôutte, se retirerent dans les maièscages dc
Cnycus, Or ceste Hiere, àu rapport de Prothesilaus, estoit de la plus grandè
stature qu’autre femmeqùil eust oncques veue, Scla plusbelle quand &€
quand detoutescellesquicnacquirentiamaislebruit: car il nafterme pâs
auoir veuHelene femmédeMenelausàTroye, màis qu’il îa peut bien vois
àcesteheure,ôèquil nevèutpoint autrementdescrire sabeauté, attendu
mesmeqisilfut mis à mort poursonoccasion,maisquaiid il se ràmentoit
d Hiere, &C Iarepresente ensa pensée, qu elle surpassoit d’autànt Helene en
beauté, quHelenefaisoit touteslesTroyenhes. QueiîHiere nùpoint esté
celebréeùHomere, çaestéen faueur d’Helene, ùayant pointvouiu intro-
auire en ses PoësîesvneDame plus que diuine, laquclîe apressa mort on

dit
loading ...