Philostratus, Flavius [Hrsg.]; Philostratus <Iunior> [Hrsg.]; Callistratus <Sophista> [Hrsg.]; Vigenère, Blaise de [Übers.]; Artus, Thomas [Übers.]
Les Images Ov Tableavx De Platte Peintvre Des Deux Philostrates Sophistes Grecs Et Des Statves De Callistrate — Paris, 1629 [Cicognara Nr. 1933-2]

Seite: 768
DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artus1629/0794
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
/

76î p a l a m e d e s.

chcf liberalement aux coupsdepierre,comme s’il prcuist ia punition qui
leur en deuoit arriuer. Phen. Et ne me sercit-il pas loisible de voir aussi Pa-
lamedes5come iay veu parvostre moyen&CNestor, &CDiomede,ôcSthe-
nçl, ousi Prothesilausne vous a rienremarquédesafigure? Vign. Sia,SC
voyez-le engrandeur semblable à Aiax T eIàmdnien,contendant aureste de
beauté auècques Achilles, &C Antiloque, SC Prothesilaus mesme, à ce qu it
dit, & auecques leT roy en Euphorbe,ia barbe ne luy commeçant qua poin-
dred vnpoil follet fortdelicat,auec commevnepromesteSèattëtede che-
uelleure,caril estoit rasiusques aucuir, lessourcils libres &redressez qui
sen Venoient rencontrer vri nez carré dVne belie façon &C assiette,la cogita-
tion de sesyeuxaucombatestoit ferme, immobiîe, Sèaccompagnce dVne
fierté courageuse, mais au repos douce &C benigne, &iuy fort affable és as-
semblées. On le dit aussi auoir eu les plus grands yeux que nul autre, &C que
estant nud il paroistoit dVnecorpulence commemoyenne chtrevnfort &C
inad. i7. robustéAthlete,Scvnviste-leger coüreur. Son visage au reste estoit fort
hassé & cs asteux, plus agreable neantmoins que les mignards passe-fillons de
Euphorbe tous trestezdor, Sèsembloitqu’ii sestudiast tout expressémem:
de se rendre tel, ne se souciant de dormir à l'herte, &C au serein à descouüert i
caril passoitsouuent desnuidsentieres surlesommetdu mont Ida, quand
il estoit de ioisir des fadions SC exploi&s belliques, parce que de là les sages
hommes contemplatifs sacqueroient vne cognoissancedes chosesceiestes:
IlnemenaàTroye aucunes forces nevaisseauXjains y passa dansvn petit
Nauire passagerauecques sonfrere Oates, n estimatpas desedeuoirparan-
gonner à personne pour auoir beaucoup de bras &C de mains, &C ssauoit non
plus point de vallec ny de coustillier, ny de chambriere ou de page pour le
îauer, &C faire son lidt, ou luy appresterson manger, ains viuoit, se struant
mesme sansaucune pompe ny curiositédappareil, Sècomme Achilles îuy
dist vn iour: Tusemblesàplusieurs fortgrostier, ôPalamedes,quetu nas
personne pour soigner de toy. Et que me seruiroit doncques cecy, va-il
reipôdre leuant ses deux mains? Vne autre fois,commeles Grecs luy euilent
donnéiàpart dubutinenargéc comptantdesdeniersleuezdestributs, lad-
monestansde senrichir, lessenferay rien,leurdit-il, ainsvousexhorteàk
pauurecé, plustost que de vousrendre ainsisubjedts &Cesclauesàobeïr. Vne
autre fois comme Vlysses luy eust demadé qu’il venoit dé cotempler le Ciei
&C lesastres, Et que voids-tu là halitplusque nous ? Desmdchàs,dit-il,mais
il luyeust mieux vallu d auoit enseigné aux Grecsles moyens de descouurir
ces mcschansdà,car ils sseussent pasadmis Vlysses à verser iur luy tant de ca-
lomnies&Cdefaussetez. Etauregarddecequonditqudlyeutdessignalsde
feu faits par son pere Nauplius le long de lacoste d’Euboée pour tromper
p lesGrecs,Prothesilausdit celaestre veritable, ôèquelesParqueslepermiret
de ceste sorte,&Neptune encore paraduenture,encores que ce fust outre le
gré &C conientemêt dePamede Paîamedes,car estât si iageôè preudhomme,
il n eustpasvoulti leur ruine,nonobstant qu ilsluyeussent vséd’vnefraudc
si inhumaine. Achillesfinalement, Aiax, lenseueiirent surle riuagedes
Eoiiens proche de T roy e,lesqueis luy edifierent depuis vne chappelle là en-

droit
loading ...