Philostratus, Flavius [Hrsg.]; Philostratus <Iunior> [Hrsg.]; Callistratus <Sophista> [Hrsg.]; Vigenère, Blaise de [Übers.]; Artus, Thomas [Übers.]
Les Images Ov Tableavx De Platte Peintvre Des Deux Philostrates Sophistes Grecs Et Des Statves De Callistrate — Paris, 1629 [Cicognara Nr. 1933-2]

Seite: 797
DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artus1629/0823
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
L estoit alïez inferieur, en cas de combattre 3 à
Heétor, mais de prudence &industrie il surpassoit
tous les Troyens, dont il estoit tenu en la mesme
dignité & cstime qu'Hetftor. Car il cognoissoit les
conieils desDieux, ensemble ce qui luy estoit pro-
mis par les destinées apres que Troyc seroit priie,
durant le siege delaquelle il ne fut oncques atteint
de peur, ayant iesprit fort net, &C vne ratiocination
claire &limpide, poursçauoir ce qui estoit à redourer,ou non: si que les
Grecs appelloientHedor lamaindesTroyens, &Eneas leur entendement
&conseil, qui aurôit par laprudenceScsageconduittedonnéplus d’affai-
res à leurarmée, que tous les eftorts 8c furie d'Hecstor, ils estoient au sur-
plus dVn mesme aage, 8£d’vne pareille grandeur de corsage, mais la mine
d'Eneasparoistoitmoinsspecieuîè S£gaillarde, tenantplusdu rastis&posé
en la contenance. Et sur tout n estoit point ennuyeux pour sa cheuelleure,
qssil nagençoit pascurieusement, S£n’y mettoit point son estude, ainsne
taschoit à separer que de vertu,qui estoit son seulornement. Quant à son
regard, ilisestoitpointautrementnefierne seuerejsinonen-tantqu’il con-
uenoit pourintimider ceux qui rompoient leur ordonnance,S£abandon-
noient lesrangs oùilsauoient esté placez.

ANNOTATIÛNo

Neas eftoit tenu- dcs Troyens en U mefine digmté & rcstdd qu Hector. Homere en
ronsiesme de l’iliadc:

Aiv&iay JY qç r&ocri dùç eèç livifc Jnueoi

Enée reueré eftoit

A pair d’vn Dieu de cenx de Troyt

ll cognoijftoit les confeils des Dieux, enfemble ce qui luy eftoit promü par les dcftinèes apres que Troye sc*
Htpnse. Âu vingriesmede slliadc, Nepcune propherise ainlî d’Eneas, qu’il dcuoic vn iaur
auoir ia dominacioti desTroycns, ôc ies cnfans de ses enfans qui de iuy descendroiencs afin
que la lignéc de Dardanus nedemeurast dutouc esteince, que lupicer aymoic sur cous cemç
qu’il auoic eus des femmes morteilcs : car îl hayssoit desormais cclie de Priam.

Nwü Ji Jn Aïveicto fiw rçftêosiv avct%<(,

K*j TTZtjJiÇ zrujj&v, (çnviv fMlVTTJcdl fyjosTctj*

X X x iij
loading ...