Philostratus, Flavius [Hrsg.]; Philostratus <Iunior>   [Hrsg.]; Callistratus <Sophista>   [Hrsg.]; Vigenère, Blaise de [Übers.]; Artus, Thomas   [Übers.]
Les Images Ov Tableavx De Platte Peintvre Des Deux Philostrates Sophistes Grecs Et Des Statves De Callistrate — Paris, 1629 [Cicognara Nr. 1933-2]

Seite: 839
DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artus1629/0863
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
NEOPTOtÈME, 839

moyenderctrai£te aux nauigateürs, û pariroisil leur y conuenoit prendre
porr. Etd’autâtqueceDieucommandeàtouüelasubstâceliquicie en quel- f" ^
que part qu eliepuille estre,ayantbone cognoilTanceclessseüuesTherilio- dtfiii en £r«-
don5 Borysthene5&Danube5ô£ corame ils i’en voot deicharger dans le Pot- £
Euxin vne infinie quantité d’eaux, il ramassa tout le limon qu ’'ils charrioient
dans ceste mer, à commécer de la Scythie,&C en fit ceste Isse establie &C plan- p
tée ferme sur le fonds de lamer. Cefut là où sentre-virent premierement
Àchilles &: Helene, &qisiis saccointerent3dônt les nopces furent solemnçl-
îement celebrces parNeptune StAmphitrite5atiecques touteslesNereides^

&C tousles sseuucs, car ilssy trouuerent,&: pareillemët les Genies &C Demos
qui hantent les marez dela Mæotide & le Font-Euxin* On ditau reste5qu en G
cefte Isse il y a certaine engeance dbyseaux tous blancs, mais aquatiques,&C
sentasleurmarine, dot Achillessefert ànettoyersonsacrébosquet, leballias
del’esuentement de leurs aisses5&C l’arrousans de leur pennage moiiillé d'eau
demer3car îlsvolerent pourcet effe£i: vnbienpeu sousseuezde terre. Or à
ceux qui nauigent vers ccste emboucheure du Pont-Euxin,ceste I sse se pre-
sente fort à propos pour y moüiller lanchre, & y retirer à sauueté leurs vais-
seaux3 sil en est besoin, commc si elle les vouloit recueillir en son hostelage,
maiscenestpasindijfFercmrqentàtoutesmanieresde gensGrecsouBarba-
res5 habituezautourdu Pont3 ains faut que ceux qui abordent là3 sacrîsient
deuant queieSoleil secouche, pour se rembarquersoudain3 &nepasser h
nuidt en terre. Que si le vent donne à propos3 il leur conuient de ce pas sairé
Voile3 sinonretiransleurvaisseau dans lacalle, ilsse mettent à banqueter &C
prendre repos, là oà ldn dit quAchilles &C Helene viennent boire auecques
eux3 &C chater leurs amours, ensemble les vers qu Homere a escrit de T roye3
&celebrent Homere mesme, parce qu'Achilies a encores en memoire le
don3& rhonnèur, queCalliopé luy impartit de laPoësie3 à quoyil sestudie
dautantplusàcesteheure3 quil nestpoint occupé à laguerre. Leschants
doncques d'Homerc sont diuinement pratiquez par Achilles, &!es a luy-
mesme redigez par escrit fort poè’tiquement^comme Prothesilaus le remar-
que bien3 &C les chante encores luy-mesmeo Phen. Et ne me seroit-il pasloi~
sibled’oiiyrceschants-là^&delesreciteraussi? Vign. Certes, plusieurs qui
abordent en l’Isse tesmoignentauoir oüy Achilîeschanter plusieurs cholès,
mais rannéepassee3àcequil me semble3ilentOnna d vnefortevoix ce caii-
tique, orné de maintes belles graues sentëces &C eonceptions3 qui se rappor-
tent presques à cecy. Echo qui refiâes pres de ces eaux innumerables le long
des cofces de cefie mer0celebre-toy de ma lyre efiat touchée de mes doigts3 mavs
chante-moy quant quantie diuin Homere3 Ïornement dugenre humain>ld
decorationde tousmes trauaux 3 par le moyen duquel ie ne fuü ny mort ny
pery^ par le moyen duquel ïay mon Patrocle, (fi Hiaxefi égalé au rang des
Dieux immortels 3 par lèquel Eroye inexpugnable 3 fi celebrée des hommes
docies3 efi comblêe de toutes fortes de loüanges3 (si nefipoint tombée en ruine.

Phen. Diuinement certes Achilles, &selonladignitésienne5 &selon celîe
d‘Homere5semonstrefort bien versé és chants lyriques, ne les allongcânt
point plus qudl ne fautàvne prolixité ennuyeuse, ce qui nous apptend que

.w
loading ...