Philostratus, Flavius [Hrsg.]; Philostratus <Iunior> [Hrsg.]; Callistratus <Sophista> [Hrsg.]; Vigenère, Blaise de [Übers.]; Artus, Thomas [Übers.]
Les Images Ov Tableavx De Platte Peintvre Des Deux Philostrates Sophistes Grecs Et Des Statves De Callistrate — Paris, 1629 [Cicognara Nr. 1933-2]

Seite: 911
DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artus1629/0935
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
D’ E S C V L A P E.

pour les en rendre plus susceptibles. Car nous aduoüons bien qu’vne forte imagination,qui est
p’lusspirituellequelesrays,quiparticipentplus ducorps,toutainliqueqnelque Halenèepeuc
auoir vne grande a&ion&impressionsiirlesubje&oùellesedestine&addresrecome onpeuc
voir par les marques que les femmes enceintes impriment en leur portée des choses qu’elles au-
roient tropauidemmet conùoitéesenleurgrosseîse.Maisces inssuxionsprecedentesdesrayos
des corps celestes,qui se dardent icy en bas comme à vne butte,se varient diuersement, selon la
diuersité de leurs coniondions & aspe6ts,tout ainss que les pieces d’vn ieu d’eschets,ou les let-
tresen l’escriture , qui diuersementaccouplées ,font diuerses sortesdeieux, &:diuers scns3
Et void-on par experience quencueillant l’Ellebore, sson veutqu’ilpurge 5c euacuë par en
liaut,on arrache les fueilles en les tiranten contre-mont:ss par ie bas, tout aurebours en con-
tre-bas:&: inflnies autres telles obseruations oculaires, paroùnoussommesacertenezqu’ilya,
eu,ôc peut auoir encores pour le iourd’huy,des vertus admirables ésimages deuëment faides3
soit à bien,soità mal. Et me semble âuoir leu quelque part, qu’aupres du Caire fut trouué il y a
quelque cinq ou ssx cens ans,vne image de plomb à la ressemblance d’vn Crocodile, laquelle
ayantesté mise enpieces par le commandement duCaliphe.parce queles Mahometans dete-»
stenttoutes figures,dequelque chosenaturellequ’ellespuissentestre, toutincontinent apres
ces pernicieux animauxrecommencerent à paroistre enla riuiere du Nil là endroit,&: en infe-
sterles riuages comme ils souloient , au parauant que ceste figure de plomb eustestémise-Jà3
durantlaquelle onn’auoitde memoire d’homme veuvn seul Crocodile 5 pourlemoins qui
eustfaitdommage , dcpuis la meroùsontles bouches decesseuue,iusques plus decentlieuës
contremont. Maissinostre Religion n’enpermetl’vsage , ny de toutes autressortes dechar-
mes,fustccà quelqueboneftedcharitable , ainsveutqu’onseretienne du toutàla vertu que
Dieu a imprimée és choses naturelles sans s’en dcpartir,à plus forte raison l’on s’en pourroit en-
coremoinsseruirfans vnetres-grandeoffense, pour nuire &: endommagerson prochain , ny
autre quelconque, ores qu’ilfustheretique, mescreant,&: en touces autres sortes detestabies,
nousayantdonné d'autre voyes.

Mais il n’est pas ainsi dcs Sain&es images qu’on se propose pour reuerer, en nostre Relîgion
d’vne sorte, &: au Paganistne d’vne autre, car là serefere le toutàl’honneur d’vnseul Dieu , ôz
icy au cuit,&: idolatrie desDemons,neâtmoins ils n'auoient pas tant desgard àla matiere qu’ils
cuidassenty auoir plusdevertu en rvnequ’enl’autre,ny àcertaines constellationSjCaraderes,
&:c. Ainsseulementà lavertuqu’ils estimoienty estreinfusedelaDeité quelles representoiét,
selon que le deduit tout apertementCallistrate en ceste statuë,où il approchefort de ce que le
Chnstianisme tient desimages , sinonque celles des Payens tendoientto.utes àidolatrer les
faux Demons au Iieu du vray Dieu : là où en celles de nos Eglises, on ne confiderefors vne re-
membrance de ce que nous nous proposons d’imitcr,pournousremettre deuant les yeux quel-
que exemple de saindeté,&: de bonne vie,afin de nous y pouuoir conformerrde maniere qu’el-
les tiennentlemesmelieuenuerslesssmples &:ignorans , que les liures àl’endroiâ: desgens
dodes:&:comme dit Damascene, cc qu est laparole aux oreilles,lapeinture est le mesme,aux
yeux, conformément à Horace en sonart Poëtique.

Segniiis irritant animos dcmijsa per aures,

Jpuam qtt£ funt oculis subiecta sidelibns.

Lesurplus qui se pourroit amener icy des images croist trop en prolixité,&: hors de nostre pro-
pos principal. Quoy quecesoitftesimages des Payensen leurs tempîes &lieuxsacrez,neman-
quoient pas de miracles,mais faux,illusoires,& deceptifs,ressentans leur autheur dont cela ve-
noit par vne occulte conniuence & permission de Dieu,&: les nostres sontreels, veritables, ôc
essentiels.

C K^nonohsiantcsnellesusi âe bois. II ditquecestestatuëd’Esculapeestoitde bois, sans spe-
cifier de quehmais Plineà ce propos liure treiziestne chapitre cinquiesme, dit qu’on auoit ac-
coustumé la plus-part du temps, de faire les images des Dieux, de Cedre,pour estre le moins
corruptible de tous, & de laplus longue duréo: Materia verb ipsiCcdroœternitas, itaque&simula-
chradeorum ex ea sattitauerunt. Pausanias ésCorinthiaques,dit que celle d’Esculape à Epidaure,
estoitd’or & d’yuoire:& en met ailleurs quejques autres de rnarbre, mais de bois nulle parc»
Car iesanciens,selon Eusebe, Athanase,Porphyre,Pline 5cautrcs,faisoient leurs imagesde di-
uersessortes d’estoffes5comme decirc, sel, verre, toutesespeces demarbres &:pierres dures,
terreàpotier,metaux,yuoire,pierreries,&:de plusieurs manieresdebois,comme Ebene , Cy-
pres,Cedre,Chesne,Smilax,Lotos,Buys,&: deracines d’01iuicr,selonTheophraste, &: Pline.
A cecy bat ce Prouerbe, Jpuede tom bois le Mercure nefefaicïpasy2i\x\s de celuy principalement
qu’Homere appelleT'r^t/^, vulgairement J'^4,entouttemps verd,selon Theophraste.

Biendehberez, devous chantervnbei Hymne , si vom nom rejhtuez, la santé. Ii pourroit estrc qu©
Callistrate , comme Paycn qu’ilestoit,ayantl’attcntedesa santé surEsculape , luy pourroic
auoirfaidqudqueHymne, maisilnous asemblcpouuoiricy çommodementamençs: çeluy
loading ...