Annales typographiques pour l'Allemagne — 1.1761 [VD18 90309960]

Seite: 339
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/ata1761/0345
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
TYPOGRAPHIQÜES. 339

Voici encore un Ouvrage dans le genre
du pr£cedent, & de bonne main. L’Au-
teur l’avoit dejä publik en 1753. sous un
titre un peu dirßrent; mais il l’a conduit
ä un degre plus conlid£rable de perfe&ion
en le mettant aii jour. C’est une le&ure,
non ieulemeilt instruflive, mais encore
amusante & agr£able. II nett pas difficile
ä M. Philippi de justifier les rdgles quil
etablit, par des exemples tir£s du Gouverne-
ment Pruttien, dont la forme est la plus re-
glee peut-£tre qui existe. Ajoütons une
petite anecdote allez curieuse. L’Auteur,
apr£s avoir avancö qu’un grand Prince, ou
un grand General, peuvent puiser dans
PEcriture Sainte, des connoiss'ances utiles
au Gouvernement & ä la conduite des Ar-
mees, continue ainsi. „ M. de Folard se
„ glorifioit d'titre l’lnventeur de la Colom-
„ ne ; mais feu M. le Mar6chal de Reith lui
„ dit qu’il le trompoit, & que c’£toit Moise.
3, Folard repondit qu’il ne connoissoit point
3, cet Ossicier, & demanda dans quelles
„ Troupes il avoit servi. M. de Reith le
„ renvoya au Pentateuque; & Folard

„ l’ayant lü, lui avoua au bout de quelques
„ jours que Moise 6toit le plus grand Marö-
„ chal qu’il connut. „

¥ * N°.
loading ...