Annales typographiques pour l'Allemagne — 2.1761 [VD18 90309960]

Seite: 440
DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/ata1761a/0444
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
44°

A N N A L E S

aux deux tiers^de ä la partie postcrieure de l’iris,
il tourna la pointe contre cette membrane, de
facon ä la couper en travers, Sc en entamer as-
sez en retirant l’instrument pour faire une incj-
sion horizontale, de laquelle il devoit resulter
une prunelle oblongue, plus ouverte dans le
milieu qu’aux deux pointes ; ä peu pres figurce,
mais ä contre sens, comtne edle des diats.
L’Astrpnomie asfure une sorte d’ivnmortalitc
ä celui qui par hazard decouvre une Etoilc , en
lui donnant son nom : nous pouvons bien dc-
cerner le meine honneur ä un Chirurgien qui
par son genie a seu decouvrir le Ciel entier ä un
avcugle-ne..
Le jeune homme, apres soperation de Chefil-
.denj eut besoin d’apprendre ä voir. Dans les
premiers teins il ne pouvoit regarder longtems
de shite j Sc lors qu’accoutume ä la lumiere., il
.vint ä jouir en plein de la sensation que notre
Academicien lui avoit donnce, il se trouva etran-
. gement deroute des idees imparfaites qu’il avoit
cu de certaines choses, par le peu de lumiere
qui arrivoit ä sa retine; Sc de celles qu’il avoit
con§ues par le taft, des choses qui ne peuvent
etree jugees par la'vue. 11 y a lur cela un detail
bien curieux dans un Memoire de M. Chefeiden,
dont voici le precis. ,
Quand il vit les couleurs pour Ja premiere
fois, il ne les trouva point telles qu’il les avoit
crues suivant leurs noms; la vivacite del’impres*
.sion qu’il recut de l’ecarlate, lui fit juger cette
couleur. la plus belle de toutes, il se plaisoit ä la
voir,
loading ...