Annales typographiques pour l'Allemagne — 3.1762 [VD18 90309960]

Seite: 77
DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/ata1761b/0081
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
TYPOGR APHIQUES. 77
sainc do&rine, c’est-ä-dire, la Do&rine Apos-
tolique & Romaine, ne seroit- eile, selon eux,
que ie partage des sots? Sans penfer etre quelque
chofe, jene pense pas etre un sot; mais il ine
semble que st je me trouvois jamais avec l’Abbe
Guyon dans la rue, (car je ne peux le rencon-
trer que lä) * je lui dirois, mon ami, de quel
droit prctends-tu etre meilleur Cbretien que
moi? Est-ce parce que tu affirmes dans un livre
aussl plat que calomnieux, que je t’ai fait bonne
chere, quoique tu n’ayes jamais dinc chez moi?
Est-ce parce que tu as revele au public, c’est-ä-
dire ä quinze ou seize lefteurs oisifs, tout ce que
je t’ai dit du Roi de Prüste , quoique je ne t’aye
jamais parle, & que je ne t’aye jamais vü ? Ne
scais-tu pas que ceux qui mentent sans esprit,
ainsi que ceux qui mentent avec esprit, n’entre-
ront jamais dans le Royaume des Cieux ?
Je te prie d’exprimer sünste de l’Eglise, Sc
l’invocation des Saints mieux que moi:
L’Eglise toujours wie, & partout itendne,
Libre, mais sous un cbef, adorant en tout Heu,
Daus lebonbeur des Saints, la grandcur de sonDieu.
Tu me feras encore plaisir de donner une idee
plus juste de la Transsubstantion que ceile que
j’en ai donnee.
Le
* L’Abbe Guyon auteur d’un libelle detestable,
intitule Y.Oracle.des Philofophes.
loading ...