Annales typographiques pour l'Allemagne — 3.1762 [VD18 90309960]

Seite: 78
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/ata1761b/0082
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
Le Chriß, de nos peches victime revaijsallte,

De fes eins cheris notirrtture vivante,

Defceudfür les autelt a fes yeux eperdus,

Etlui decouvre unDieu sousun pain qtti neflphis.

Crois-tu definir plus clairement la Trinke qisel-
le nc l’est dans ces vers:

La puijsance, l’amonr, avec l.intelligence,

Unis cs divises, composent fon ejsence.

Je t’exhorte toi & tes semblabies, non seuse-
ment a croirc les dograes que j’ai chantes en
vers, inais ä rempln- tous les devoirs que j'ai
enseignes en prose > ä ne te jamais ecarter du
centre del’unite, (ans quoi il n’y a plus que
troüble, consusion, anarehie. Mais ce irest
pas assez de croire, il faut laire; il faut etre sou-
mis dans le spirituei ä son Eveque, entendre la
Messe de son Cure, cominunier ä sa paroisse,
procurer du pain aux pauvres. Sans vanite, je
m’aequitte micux que toi de ces devoirs, Sc je
conseille ä tous les polissons qui crient, d’etre
Chretiens, & de ne point crier. Ce n’est pas
encore allez; je suis en droit de te citer Cor-
neille.

Servez bien votre Dien, fervez votre Monarcp.it.

Il faut pour etre bon Chretien, etre surtout
bon sujet, bon citoyen; or, pour etre tel, il
faut n’etrc ni Janseniste, ni Moliniste, ni d'au-
cune sadlion ; il taut respefter, aimer , servir
son Princej il faut quarid notre patrie eft en

" guer-
loading ...