Annales typographiques pour l'Allemagne — 3.1762 [VD18 90309960]

Seite: 126
DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/ata1761b/0130
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
I 26

ANNALES

ragez pas k rien entreprendre de plus important.
Je scais jusqu’oü peuvcnt aller nies lumicres &
mon hurneur , öc je serois bien surpris, s’ilnsar-
l'ivoit d’en passer les bornes. La dispute de la
priseance entre les Anciens & les Modernes, ess
epuisec. Je crois meme qu’il ess bon de la lais-
ler meurir au tems. Les esprits Font encorc trop
echausses & il ess ä presumer que ceux qui vien-
dront apres nous, en jugeront mieux que nous.
Le zcle de nos Archaolatres les divertira, comme
Iious trouvons aujourd’hui risiblc, l’cnrctement
oü l’on ctoit encore ä Rome du tems d'llorace
pour les vieux Auteurs. Heurcuscmcnt pour
les Partilans des Modernes, en ce Siede icy, ceux
des Anciens s’en Font tenus au inepris de aux in-
jures. Les admirateurs des vieux Poiites latins,
lsetoient pas h moderes. Sans s'amuFer ä rai-
lonncr, ils cachoient de bonnes etrivieres Fous
leurs robes, dont ils ramassoient vigourcusement
quiconque oFoit dire du mal de Lucilins: voye
ab'regee pour reduire les Censetirs au Panegy-
rique, ou au silencc, Vous trouverez lä-dessus
d’assez jolis vers latins, au commcncement des
Remarques deM. Datier, Für la Satire X. du L. 1.
Et puisque M. Datier Fe trouve ss il propos Für
mespas, permettez-rnoy, Monseur, de vous
faire juge d’un petir proces que j’ay avec lui, Fans
qu’ii le Fache. C’est ä Foccasion du Fens qu’il
donne au mot tollere dans la quatrieme Satire du
Livre premier. Je ne Fcais s’il s’eloigne des au-
tres Interpretes, car je n’en ai pu consultcr au*
cun : mais, cxact comme ilest a s’elever sür leurs
ruines, quaud il croit en avoirsujet, .& ne le fai-
Fant
loading ...