Annales typographiques pour l'Allemagne — 3.1762 [VD18 90309960]

Seite: 130
DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/ata1761b/0134
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
A N N A L E S

130
fixer l’idee du mot tollere. Car il paroit claire-
ment de ces paroles, qu’an jugcment d’Horacc,
il y avoit beaucoup de choses superssues & trop
poussces dans les Sarires de Lucilius, quc ce Poc-
te auroit retranchees, s’il esit vecu du tems d*An-
güße. C’est cela meme qu'Horace vouloit qu’on
en retranchät, & par conscquent, ce qu’il expri-
me ici par derer ere, recidere, est le meine que ce
qu’il a exprime ailleurs par tollere, Donc ces
termes sont synonymes, & doivent etre pris au
meine sens. Je suis oblige de m’en tenir au rai-
sonnement, & ä Horace, parce que je n’ay
point d’autres Livres : mais je'soupeonne, vous
m’en eclaircirez, Monsieur, je soupeonne, dis-
je, que tollere, & reimquere, sont des mots de
reviüon öc de critique, tolle hoc, relinque illud,
comme nous disons fort bien en Francois, orez
cet endroit, laijjez celui-lä: & je voudrois que M,
D. quand il a dit, qu’il ne croioi.t pas, que tol-
lere, pour dire rejetter soit latin, lorsqu’il est
oppose ä relinquere, füc entre dans une diseustion
plus exafte. IV. Il y a beaucoup d’apparcnce,
que les paroles d’Horace ont ete prises par Qtiiu-
tilien, au meine lens quc je leur donne. * Ce
Rheteur, en blamant l’entetement, 0C1 ctoient
encore de son tems les zelateurs de Lucilias, qui
le prefesoient, non seulcment ä tous les Portes
satiriques, mais en general ä tous les Poctes,
dit qu’il est aussr eloigne de ce sentiment, que
de celui d’Horace, qui Lncilium fluere lutulentmn,
SA ejje aliquid quod tollere pojjts, putat. Je n’exa-
mine pas lequel des deux, de Qiiintilien ou d’Ho-
race,
* Datier, Rem. sür USat.IV. du Liv. I. v.n.
loading ...