Royal Society <London>   [Hrsg.]
Abrégé des transactions philosophiques de la Société Royale de Londres — 11/​12, Tome second.1790 [Cicognara Nr. 2475B]

Seite: 48
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/atpsrl11_12/0068
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
I

Ann. I7ï7«
Vol. 50.

Monumens

cPHercula-

teum.

Ann. 1757»
Yol. 50,
M ônumens

J’Hctcula-

M H m .

4§ ÂBREGê DES TkANSACT. PHtLOS*
cbaque main est étendu , ôc tous les autres doigÇjj
sont fermés j derrière son dos est une branche d’af-
bre qui s’élève au-dessüs de sa têjte , se partage
en deux , l’entoure de ses feuillages, ÔC retombé
sur ses épaules, ôu se trouve un gueridon pour
supporter une lampe -, au milieu ôc entre ies ex-
trémicés des deux petites branche? eii un oiseau
feilemblaht à un perroquet. Le tout esl d’un assez
bon slyie & en bronze,

En novembre, 011 troüva un superbé tberrne,
jeune, d'un travail grec plus grand que nature,
vêtu d’une chiamide, ôc ia tête couverte d'un
casque grec.

On a trouvé aussi plusieurs autres choses, comme
des lampes, des vases de bronze, ôc quelques
peintures.

Article XL

l.ettre adrejjée à M. Thomas Eirch, fiir quel*
ques-uties des antiquités d'Kerculanum. Paf
J. Nixon. Lue le zq. février if'Sj.

Parmi ie grand nombre de choses curieuses Sc
rares que j’ai vues au musée de Portici, ceiies ci
méritent, selc-n moi, d’être décrites d’une manière
particulière.

1. Piussèurs dés à jouer. On suppose que ies
loading ...