Royal Society <London> [Hrsg.]
Abrégé des transactions philosophiques de la Société Royale de Londres — 11/​12, Tome second.1790 [Cicognara Nr. 2475B]

Seite: 148
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/atpsrl11_12/0168
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
K-srzrzzss

Ann, 1747.
N°. 481.

Correânon.
d’nn pallage
du père Har-
douin, i'ur
le gnomon.

148 Abrégé des Teansact. PHîLÔS.

4i° 4o'} elle excède de i' seulement celle du texte,
5c celle-ci est moindre que celie de Manfredi 5C
de Bianchini de 15' 30'". II faut ajouter en outre
que ce fait est attesté par Vitruve, comme le père
Hardouin lui-même l’observe. Sol9 cequinoctmlï
tempore, ariete libraque verfando , quas ex gno*
rnone partes kabet novem^ eas umbræ facit oâo %
in dèclinatione cœli, quce efl Romæ.

Enfin la latïtude d’Ancone , selon Manfredi, est
cle 43° 54 , 011 16' moindre que suivant Piine, 5c
pius grande de 14' que celie de Ptolémée. Mais st
i’on constdère le tems 5c ia rnanière dont se faisoient
ces observations, on ne ies trouvera pas trop im-
parfaites , d’aütant pius que nous ne savons pas
l’heure précise à laqueiie ie soieii traversoit i’équa-
teur , les jours qu’elies ont été saites, Sc que cette
latitnde n’est pius forte que ia véritable , que de la
même quantité que ceiie de Ptolémée, qui, 70 ou
§0 ans après,se trouve pius petite.

II paroît donc, d’après tout ceia , que ie texte
de Püne n’avoit pas besoin d’être corrigé j 5c quant
à Pobservation qu’ii n’est pas vraisemblable qu’on
ait divisé un gnomon en 3 5 parties, elie n’est d’au-
cun poids, parce qu’on sait que ies anciens fai-
soient usage de gnomons très-élevés 3 celui qui
existe à Rome aujourd’hui à S. Jean-de-Latran,
a 108 pieds angiois de haut, sans compter ie pié-
destal, 5c celui qui est encore enseveli dans ie
loading ...