Royal Society <London>   [Hrsg.]
Abrégé des transactions philosophiques de la Société Royale de Londres — 11/​12, Tome second.1790 [Cicognara Nr. 2475B]

Seite: 179
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/atpsrl11_12/0199
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
LiXj.'• XllSlOitvii DSS LaîSCjO'JSS» ï.'ÿty

cordant des terres a titre d’hommage & à charge ^

de lever & ae fournir des troupes dans leurs ex- Ann. i773»
péditions miiitaires,

li faut observer qué ces sabstituts téodalîx ro Jan*
étoient rarement, ou n’étoient même jamais étran- ce‘
gers , (5c que ceux qui datent du hüitième siècie
avoient tous été choisis parmi ia nobieiTe du pays.

Et ii paroît, par une circonstance rapportée dans
leurs annales, qu’iis n’ont jamais eu de garnison
étrangère, du moins à demeure , car on y voit
que les Huns ayant fait une irruption dans leur
pays, on leur envoya des forces pour ies secourir \
mais quoique ces troüpès ieur eussent été alors
fort utiies, ies habitans se réunirent poiir ies
chaTer. ^

L’histoire nous donne encore des preüves du
peu de commerce qu’iis avoient avec ies autres
nations, quoiqu’ils dépendiTent d’une puilTance
étrangère. Depuis l’an “5o jusqu’en 1484, iis fu-
ïent toujoürs gouvernés par des évêques nariss du
pays, 6c nommés par Chariemagne Sc ses succes-
seurs , qüi ieut accordèrent de tems à autres de
très-grands privilèges 6c des biens considérabies,
dont iis se servirent pour exercer sur leurs vaTaux
la pius odieuse tyrannie & ie despotisme ie pîus
insupportable.

Enfin en 1424, ie peupie, déstspéré, sorma
une ligue dans iaqueile i’évêque &c ies nobles

i.VL %
loading ...