Royal Society <London> [Hrsg.]
Abrégé des transactions philosophiques de la Société Royale de Londres — 11/​12, Tome second.1790 [Cicognara Nr. 2475B]

Seite: 209
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/atpsrl11_12/0229
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
Dessin, Peinture , ARCHrT'. zq$

touleurs tislus ensemble, lorsque ces fils seroient .' ~’ a

ii déliés, qu’il fût impossible de les distinguer les A™o' 173
uns des autres, même à une petite distance. Ceci, c
avec la méthode de représenter un objet vilibse ïmpseiiîon

1 J qui imicé la

avec un petit nombre de couleurs, i’a conduit à peinturc.
produire, par le moyen du métier de tnïerand ,
tout ce qu’on peut exiger dans i’art de peindre.

J’explique ici de queiie manière M. ie Biond fait
tijfer des tapisseries -, ceux qui ont vu des mé-
tiers de tisserand , s'imagineront assez aisément
quelie est la méthode de M. le Biond.

A R T I C L E II.

Manière de repréfenter la nature beaucoup plus
vivement quen peinture , & fur une nouvelle
efpèce de carte en bas-relief’. Communiquéc
par J. Evelyn.

Nous avons dans notre voifinage un François
oui imite si parfaitement la nature en cire, qu’on Ann. îcgj.
préfère ses ouvrages à un tableauj ii modèie ses N°‘
sigures si parfaitement, ses couleurs 8c ses ombres «n

sont si vives & si bien distribuées, que je n’ai rien cue‘
vu de sembiable en peinture. II se propose d’alier
cn Angleterre avec quelques-unes de ses figures.

J ai aussi vu une espèce de cartes en bas-relief,
comme sîie d’Antibes} sur un quarré en bois d’en*

Tome IL O
loading ...