Royal Society <London> [Hrsg.]
Abrégé des transactions philosophiques de la Société Royale de Londres — 11/​12, Tome second.1790 [Cicognara Nr. 2475B]

Seite: 252
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/atpsrl11_12/0272
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
Ann. 1760.
Vol. 51.

Modes Sc
tons de J’an-
cienne miisi-
«jue.

iji ÀBREGE 3DES TrANSACT. PHILÔS.
nécesTaire de leur donner ies fnêmes espèces qCa,
ces trois môdes, car une transposïtion d’une odave
étoit toujours entendue rappeier la même harrno
nie, comme on l’a fait voir.

Ce second diagramme 8c ceiui dés sept môdes
anciens doivent être sufrisans pour rendre ce su-
jet intelligibie. Cependant comme ies quinze mo-
des sont divisés en deux diagrammes, 8c rensermés
dans ies limites du diapason, j’ai, pour montrer les
espèces, ajouté une tabie des accords des quinze
cordes de la iyre pour tous les nrodes. Les lettres
de la gamme de Guidon, piacées dans les quarrés,
montrent dans une iigne horisontale , les accords
de toutes les cordes pour chaque mode. Les deux
grandes iignes comprennént les espèces du dia-
pason -, les moyennes sont distinguées par des iet*
tres capitales, au moyen de. quoi orr voit d’un
coup d’œii ies cases où ia même corde est em-
pioyée pour ies moyennes de deux modes, 8c les
motifs qui font rejetter à Ptoiémée les huit modes,
sont exposés de manière à ne pas avoir besoin
d’autre explication.

I V. EclaircijfemeTis fur Vorigine des deurc
doclrines.

La doânine harmonique étoit. , comme je l’ai
déjà dit, enseignée d’après les principes de snar-
loading ...