Royal Society <London> [Hrsg.]
Abrégé des transactions philosophiques de la Société Royale de Londres — 11/​12, Tome second.1790 [Cicognara Nr. 2475B]

Seite: 278
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/atpsrl11_12/0298
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
1~J§ AbRÉGÉ DES IRANSACT. PHîLCS.

• L—. ; depuis nete-dieryugmenon , pour que la mélodîe

Ana. i76o. pU:|Te êcre pri/'e dans les érendues moyennes. Mais
Mds & lorsqu’ii s’agir dudit disdiapason ou doubie oclave,
tonsdei’an- ij faut empioyer ceux depuis nete - hyperboleon

cirnue mulî- , , 1 t ~ /1

<jue. ou meje , cie maniere que i’accord soit ie même

à chaque extrémité ». Ptol. Rarm. p. zz8 9

v. 15.

Nous voyons qu’ici ii explique amplement ce
qu’d a voulu dire pius haut -, & en recomman-
dant sa première suire de tabies pour un iîmple
diapason , ii donne la même raison pour ie choix
de ce diapason en particulier s qu’ii a déjà donné
dans i’onzième chapitre clu second iivre, savoir ,
que ia méiodie peut se trouver piacée au milieu
de l’instrumdnt. Mais il faut observer que lorsque
le diapason s’est trouvé arrangé par ies secondes
tabies, l’accord des huit cordes depuis nete-die-
^eugmenon jusqu’à hypate-mefon, se trouvera
pour chaque mode & chaque genre , ie même que
sî eiles avoient été accordées d’après ies premières.
De sorte qu’on n’en peut pas conciure, ni que
l’auteur s’est contredit, ni que le diagramme que
) ai donné ne s’accorde pas avec lui.

5. Je pasfe maintenant au cinquième poînt qui
a occasionné , ôc qui peut êrre encore ie sujet
d’une éterneiie controverse pour ceux qui ne com-
prendroient pas l’union des deux dodrines ; car
queique fortes que soient ies raisons tirées de ia
loading ...