Royal Society <London> [Hrsg.]
Abrégé des transactions philosophiques de la Société Royale de Londres — 11/​12, Tome second.1790 [Cicognara Nr. 2475B]

Seite: 294
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/atpsrl11_12/0314
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
’ÀB&ÏGÏ PES TrANSâCT. PHïLÔ§,

trop pgsgj. sur |çS fautes d’un écrivain, à qui le$
Vol. 51. lettres ont de si grandes obligations, je remar-
Modes & querai seulement, avant de ie cuitter, que quelles

Eons de l’an- , . , , r >/r , • /. v V

çienne musi- qu aient ete ies çonnoiliances iur la verite de ces
dodrines s il n’a pas réussi à rendre ce sujet plus
çlair aux écrivains futurs j Bc dans tout ce que j’ai
yu de lui sur cette matiere , qù il a seulçment
adopté ia dodrine harmonique , ou ï\ a çté si em-
barrassé entre les deux dodrines, qu’ii n’a. pu dom
îier rien de satissaisant sur l’une ni sur i’autre.
Malcolm est aussi dans ie mêrne cas à queiques
égards, dans son Traité sur ia musique : ii parle
de ceiie des ançiens , & sait ses efforts pour con-
çiiier ies deux dodrines des modes. Tout ce que
cet auteur a écrit est non-seulement faux quant à
l’ordre, les positions & même toutes les autres
circonstances des mod.es , mais ii n’est pas même
intsliigible. Je me contenterai de citer un des
passages dont le raisormement est ie plus clair, 8c
dans lequel nous. verrons qu’après toutes ies peines
qu’ii s’est données pour concilier les deux dcdlri-
jaes, il avoue lui-même qu’il n’est pas en état de
porter aùcun jugement certain sur çette matière-
« Ptolemée dit (cap. 7, Ifib. II), au commen-
çsment de cç chapitre, que ies changemens de
sÿstêmes entjprs ( que nous appeions propremen.t
ÎOUSj'parce que ces différences consistent dans la
tcnsion ) sont insinis quant à la posïlbiiicé s commq.
loading ...