Royal Society <London> [Hrsg.]
Abrégé des transactions philosophiques de la Société Royale de Londres — 11/​12, Tome second.1790 [Cicognara Nr. 2475B]

Seite: 322
DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/atpsrl11_12/0346
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
322 AbrÊGÉ DES TràNSACT. PHILOs»

[ ' est aiusté 3 il seroit .nécessaire de mouiiier ies Ûs-

A nn. 1744.

N°. 471. neiies ; car sans cela ie papier ne prendroit pas
Mamère de assez de couleur : & si les reiiess de la médaiiie
s’empreînte ^ 0Ilt £° rt élevés 5 ii esr beaucoup mieux de metrre
les, medaii’ un peu de coton immédiatement sur ie papier,
entre lui & ia ssanelle, afin que le papier soit
exaclement pressé dans les cavités du mouie.

Cette méthode est très - aisée & rrès prompre
pour tiret l’empreinte d’une médaiile en couleur ;
mais ii on ne veut en avoir que ie relief fflns
couieur , ia voie est pius courte encore , car ii n’est
besoin que de placer un morceau de carte ou de
carton bianc sur ie moule en cire , sans rien ds
coiorant, &c ie ianTer dans ia presse queiques
minutes.

li est évident, par ce que je viens de dire,
que tout le succès dépend de la bonté de i’em-
preinte en cire 011 du mouie : je vais donner pour
îe faire quelques règies que sexpbrience m’a ap-
prises.

i°. La cire doit etre fine, ôc a besoin d’une
certaine dureté , pour que simpression ioit bien
marquée.

2 0. Ii faut iui donner plus de largeur que n'en
a la médaille sur ia cire , que iorique celie-ci a un
certain degré de chaieur, car li eüe est trop chau-.
de, la médaiiie s’y attache 3 si eiie est trop froide 9
loading ...