Royal Society <London>   [Hrsg.]
Abrégé des transactions philosophiques de la Société Royale de Londres — 11/​12, Tome second.1790 [Cicognara Nr. 2475B]

Seite: 341
DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/atpsrl11_12/0365
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
Invéntions ét MachiNes. 341

Rev. Div.

L’étalon de l’aune à
téchiquier excédoit 45
pouces de ceux dont i’é-
talon de la verçe en

O

Ann. 1743.'
N«. 470.

êralons des
poid's &: me-
sures.

Sur les

contient trente-six, de. 1: 15,5=0494—

A Gaild-Hall, les étalons de longue mesure
dont on y fait usage, consistent seulement en deux
matrices , l’une d’une verge, &c i’autre d’une au-

ne , creusée dans une barre de cuivre masfis, fort

semblabie à ceile qui est dans i’échiquier, mais
non pas tout-à-fait si épaisie. Cette barre est sceiiée
du sceau de i’échiquier , marquée aux deux
extrêmités d’un G. R, couronnés, & aussi à ce
qu’ii sembie , d’un W. M. couronnés de ia même
manière. Mais ii n’y a point de verges adaptées
à ces matrices j en sorte que tout ce qu’ii y avoit
a faire , étoit de prendre ies plus grandes &c les
moindres longueurs de ces matrices, ies dernières
étant à-peu-près ies longueurs des verges quar-
rées qui pouvoient y être adaptées sans qu’eiies
puissent s’y remuer sensiblement ; & en prenant
lesdites mesures, il parut que

La plus grande longueur de ia matrice de
syard à Guiid-Haii, excédoit l’étalon

Rev. Div.

De ia verge de l’échi-

quier ae
loading ...