Royal Society <London>   [Hrsg.]
Abrégé des transactions philosophiques de la Société Royale de Londres — 11/​12, Tome second.1790 [Cicognara Nr. 2475B]

Seite: 350
DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/atpsrl11_12/0374
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
350 Abpægê des Transact. phïlos.
gr j_es pjus petjts n’ont que le sceau de réchiquieîf
H°. 470t. 3' & r0^ e avec couronne, qui sont la marque
Sur Jes de la monnoie de S. M. 6c les pius grands poids
poid° n& me- 011t aussi cette dernière marque. M. Jofeph Har-
ilUeSt ris, un des essayeurs de ia monnoie , a trouvé,
avec une baiance très-ingénieusement saite, qui
iui appartîent , suspendue dans une espèce de lan-
terne de verre , & si exa&e , que dans quelque
circonstance un poids moindre qu’un demi-grain
suffisoit pour la faire trébucher, & en employant
des deniers 6c des grains dont ii se sert pour ses
eisais , que ia livre troy de ia société royale, pe-
soit, en prenant un terme moyen, 2 grains 6c 3
huitièmes de moins que ies étalons de 8 6c 4 onces
de ia monnoie pris ensembie.

Que ia livre avoir du poids de ia société royaie
pesoit en poids troy, suivant ces mêmes étalons ,
14 onces xi deniers 16 grains 6c sept huitièmes
ou 7000,87 grains.

Que le poids de 16 onces troy de la société
royaie étoit plus léger de 4 grains 6c trois quarts
que 16 onces de ces étaions.

Et enfin que le poids de 8 6c de 4 onces de
la société royale, pris ensemble 6c tirés de ieur
marc, pesoient cinq huitièmes de grain de moins
que leur poids d une livre troy.
loading ...