Royal Society <London>   [Hrsg.]
Abrégé des transactions philosophiques de la Société Royale de Londres — 11/​12, Tome second.1790 [Cicognara Nr. 2475B]

Seite: 444
DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/atpsrl11_12/0468
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
444 Aerêgé des TransaCt. philos.
si la tendance parabolique eft portée tant soiT
AToma 7J ' P eU troP îoin 5 il deviendra impossibie de rétablir
Miroir de % ure autrement qu’en recommençant le pro-
ssiétaL cédé pour donner une figure sphérique, tel que
nous l’avons indiqué plus haut. Cependant il faut
en venir là lorsque soccâsion sexige , 6r j’ai moi-
même rétabli de cette manière ma figure sphéri-
que , lorsqu’il m’eft arrivé de pousser trop loiîi
sopératicm pour la paraboiique, & j’ai achevé mon
, métal sur le polissoir, sans employer préalablement
les pierres.

Maniére de vérifier la figure du MétaL

II conviendra ensuite de vérifier la figure du
miroir ; cela se fait toujours en le plaçant dans
le téiescope auquel on le destine. Pour cela , je
me sers de l’instrument comme d’un microscope3
en piaçant cependant l’objet à une telie distance,
que les rayons soient à-peu-près parallèles. Je
place à environ vingt pas un papier rond ou quei-
qu’autre objet sembiable , ssir lequel on a tracé
quelques lignes très-fines avec un poinçon. J’ai
eu soin auparavant d’ôter le plomb qui étoit fixé
fur le clos du miroir, en plaçant le tranchant d’un
couteau dans la jonstion du métal &c du manche,
&c en frappant légèrement sur le dos, ia poix se
sépare &c le manche se détache -, on gratte avec
im couteau la poix qui reste, ayant soin qu’au-
loading ...