Royal Society <London>   [Hrsg.]
Abrégé des transactions philosophiques de la Société Royale de Londres — 11/​12, Tome second.1790 [Cicognara Nr. 2475B]

Seite: 453
DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/atpsrl11_12/0477
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
Inventiqns et Machines. 453
fdisant p-lacer une planche, cornme celie ciont je
viens de parier , au haut d’un clocher distant d’en-
viron trois cens pas au nord de ma rriaison , 5c
pour donner une idée de ia ciarté 5t de la pré-
cision avec laqueliç on apperçoit ies figures les
pius petites à cette distance : j’ai vu clairement
diftinclement les pieds d’une mouche 5c leur om-
bre , avec un instruraent- de dix-huit pouces de
foyer. Cet instruraent est aujourd’hui entre les
mains du comte de Bruni,

li est inutiie de parler de ia mqnière dont on
polit ie petit miroir, puisque le procédé est le
même que potir ie grand , ii faut seulement ob-
server que comme le petit miroir a une surrace
qui n’est point interrompue, c’est-à-dire , qui n’a
point de trou au milicu , le poiiiToir ne doit pas
non pius en avoir j 5c aussi comme il n’a besoin
que d’une figure sphérique , la diffîculté pour ie
sinir 5c le perse&ionner est beaücoup moindre quc
pour ie grand.

u *<v è

F s -i

Ann, 1777.
Tbaie 67.

Miroir ua
méral.
loading ...