Atti della Società di Archeologia e Belle Arti per la Provincia di Torino — 5.1887

Seite: 151
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/attisoctorino1887/0157
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
AOSTA — ANTICHITÀ ROMANE

151

mémoire très intéressant pour l'histoire de notre vallée,
et digne aussi, à mon avis, d'appeler l'attention spéciale
du Gouvernement lui-même, car il résulte de ce mémoire
que l'Italie et la Suisse n'ont jamais pu se mettre d'accord
pour la délimitation de leurs territoires dans le bassin
du Grand-Saint-Bernard. Un seul point paraît être hors
de contestation, c'est la Fontaine converte dont les eaux
entrent dans le petit lac de l'Hospice par sa rive droite.
Mais un point ne peut former une limite, et je suis
fort étonné que notre État Major ait cru pouvoir en
tracer une, toute de fantaisie, à mon avis, sur sa carte
récente.

« De 1753 (10 mars) jusqu'au 6 septembre 1780, les
délégués de S. M. le Roi de Sardaigne et ceux de la Répu-
blique Helvétique ont tenu huit conférences. On ne put
jamais tomber d'accord pour la délimitation des deux
territoires. Les choses sont aujourd'hui encore au même
point qu'en 1780. Il n'existe aucun document, que je
sache, qu'une nouvelle démarche ait été faite à ce sujet
par les deux Gouvernements. Ainsi, les monuments anciens
dont je vous ai donné la description, peuvent fort bien
appartenir au territoire italien. Prenez-en, au moins scien-
tifiquement, possession jusqu'à la future délimitation de
la frontière.

« J'ai plusieurs raisons de croire que, dans un ar-
rangement entre les deux États, il sera facile d'obtenir
de la République qu'elle reconnaisse pour limite une ligne
partant de la Fontaine couverte, allant au dolmen en
question et se dirigeant sur les sommets du Petit-Mont-
Mort, en suivant de près l'arête des deux versants Suisse
et Italien.
loading ...