Ballu, Albert
Les ruines de Timgad (antique Thamugadi) (Band 1) — Paris, 1897

Seite: 112
Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/ballu1897bd1/0137
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
CHAPITRE III

LATRINES PUBLIQUES (Fig. 6)

Les Latrines constituent l'un des établissements les plus
curieux de Timgad ; elles se composent de deux salles d'iné-
gales dimensions. L'une, la plus petite, a 3 m. 15 sur 2 m. 85 :
elle servait de vestibule et de vestiaire. L'autre compte 8 m. 55
de longueur et 6 m. 20 de largeur en moyenne, le mur de
séparation du forum n'étant pas parallèle à celui qui borde
la grande voie; (à 0 m. 37 au-dessus du sol, les murs, sauf
celui de face, se retraitent de 0 m. 15 environ). Une fontaine,
escortée de dalles posées debout et sculptées en forme de
dauphins, déversait de l'eau dans une rigole de 0 m. 20 de
largeur et de 0 m. 09 de profondeur qui, faisant le tour de
la salle, servait au nettoyage individuel. Un égout creusé
à 1 m. 20 au-dessus du dallage recevait les matières et les
urines dont l'écoulement était assuré par une série de cani-
veaux de 0 m. 01 de profondeur s'inclinant vers l'égout

Des entailles carrées de 0 m. 06 de côté taillées dans le
dallage recevaient les tenons des stalles séparatives dont le
nombre était de quatorze ; en donnant 0 m. 60 de largeur en
moyenne aux places, on arrive au chiffre de vingt-six. Nous

i. Du côté Sud j'ai relevé onze de ces caniveaux; sur le côté Ouest, six; sur
le côté Nord, quatre. Ceux du côté Est n'existent plus par suite de l'effondre-
ment du dallage.

On a prétendu à tort que la rigole servait d'écoulement aux urines et on a
pris les caniveaux pour des encastrements de stalles séparatives. Mais l'incli-
naison de ces caniveaux vers l'égout, leur creux peu accentué, et enfin la
présence sur le sol des diverses entailles, prouvent qu'une double erreur
résulterait de la prise en considération de cette opinion.
loading ...