Hinweis: Ihre bisherige Sitzung ist abgelaufen. Sie arbeiten in einer neuen Sitzung weiter.

Institut Egyptien <al-Qāhira> [Hrsg.]
Bulletin de l'Institut Egyptien — 3.Ser. 2.1891(1892)

Seite: 285
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bie1891a/0293
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
Annexe N° 2 à la séance du 26 décembre.

NOTE

SUR LES

RÉSERVOIRS D'EAU DANS LA HAUTE-EGYPTE

PAR

M. Prompt

Dans la séance de l'Institut Egyptien du 6 février 1891, je vous ai
exposé mes idées sur l'avenir de la vallée du Nil. Je vous ai entre-
tenu de trois questions principales : des réservoirs de la Haute-
Egypte, du chemin de fer de Kéneh à Kosseïr, qui a pour principal
but de mettre la Haute-Egypte en communication avec l'Arabie, à
laquelle elle pourra vendre ses produits agricoles, et de la cana-
lisation du haut Nil jusqu'à Khartoum pour ouvrir pacifiquement
le Soudan au commerce de l'Egypte.

Aujourd'hui, comptant sur la bienveillance avec laquelle vous
avez bien voulu accueillir ma première communication, je viens
vous parler seulement de la question des réservoirs de la Haute-
Egypte. Cette question est incontestablement la plus importante de
celles dont l'Egypte puisse s'occuper pour le moment. Mais je crois
utile, avant tout, de vous soumettre un historique sommaire de
cette affaire.

Dès mon arrivée en Egypte, en mai 1889, j'ai été frappé de cette
circonstance que, depuis les temps immémoriaux, la population a
toujours réclamé des réservoirs placés, soit dans la Haute Egypte,
soit en amont du Caire, dans le but de corriger les hauteurs des
crues excessives et d'augmenter le débit des basses eaux nécessaires
à l'arrosement d'été (séfi).

Il n'existait, par contre, à ce moment, aucun projet immédia-
loading ...