Institut Egyptien <al-Qāhira> [Hrsg.]
Bulletin de l'Institut Egyptien — 3.Ser. 10.1899

Seite: 69
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bie1899/0079
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
SI LA PROVENANCE DES VALVES DE CRUSTACÉS OSTRACODES FOSSILES

tombées à Oullins, près de Lyon, le 24 septembre 1898.

Dans la séance du 26 décembre 1808, M. le Dr Lortet a an-
noncé à l'Académie des Sciences une chute de Crustacés ostracodes
fossiles qu'il a observée à Oullins le 24 septembre dernier. Cette
annonce est intéressante, mais je ne crois pas que les Ostracodes
aient été enlevés par l'érosion atmosphérique, comme le suppose
l'habile zoologiste de Lyon, aux couches crétacées qui affleurent
aux environs du Caire et de l'oasis du Fayoum. Voici mes raisons :

1° Les couches crétacées n'affleurent en aucun point aux envi-
rons du Fayoum. Les explorations de MM. Schweinfurth, Ch.
Mayer-Eymar et Elankenhorn ont démontré que les couches de
cette région appartiennent à l'Focéne supérieur et parfois à l'Oli-
gocène, et mes propres excursions ont confirmé cette opinion. Aux
environs du Caire, la craie apparaît seulement au massif d'Abou-
Eoach, sur la lisière du désert lybique, à 0,000 mètres au nord-ouest
des Pyramides de Ghizeh. Or, dans ce massif, décrit pour la pre-
mière fois en 1887 par le professeur J.Walther. d'Iéna (1), mes
nombreuses courses ne m'ont encore révélé aucune couche renfer-
mant des Crustacés ostracodes. et Walther n'en signale pas non plus.
En outre, la surface de ce massif se prête peu à la supposition du
Dr Lortet, car la majeure partie des couches est cachée sous une
épaisseur de 1 à 3 mètres de sables quartzeux pléistocènes, et ce
ne sont que les falaises escarpées du Gàa et du Darb-el-Fayoum
qui pourraient être entamées par l'érosion : mais elles font face au
sud, c'est-à-dire du côté où les vents ont eu le moins de prise,
comme je vais le prouver.

' 2° Pour entamer sensiblement ces falaises, il eût fallu un
fort vent du sud-est, qui est aussi le seul qui ait pu transporter
d'Egypte en France les valves de Cypridina observées par le

(1) .1. VVAi.THEn, L'apparition île la craie aux encirons des Pyramides
{Bulletin Institut égyptien, II* série, n° 8; 1887).
loading ...