Hinweis: Ihre bisherige Sitzung ist abgelaufen. Sie arbeiten in einer neuen Sitzung weiter.

Boeswillwald, E.; Cagnat, René  ; Ballu, Albert
Timgad: une cité africaine sous l'Empire Romain — Paris, 1905

Seite: 339
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/boeswillwald1905/0379
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
APPENDICE

LE TRACÉ PRIMITIF DE THAMUGADI

Une découverte survenue en 1901 et qui est due à M. Vars,
inspecteur des fouilles de Timgad, a jeté un jour nouveau sur le
tracé primitif et sur le développement ultérieur de la colonie romaine
de Thamugadi. Il faut en parler ici pour compléter ce qui a été dit
dans l'introduction.

Au cours des travaux de dégagement, le Service des Monu-
ments historiques(l) fut amené à rechercher la limite de la zone
bâtie vers le Nord. L'alignement en était encore reconnaissable
entre les grands thermes décrits plus haut(2) et les premières ruines
de maisons voisines. On le suivit en partant de la porte Nord et en
se dirigeant vers l'Ouest; on constata bien vite sur ce point la pré-
sence d'une muraille interrompue à une centaine de mètres de ladite
porte et dans l'alignement d'une des voies qui traversaient la cité
par une autre porte. Cette porte secondaire, dont il ne reste que
les moulures inférieures et une assise de soubassement, était à une
seule ouverture avec deux pilastres sur la face septentrionale
et une demi-colonne sur la face méridionale (fig. 167). La façon
seule dont elle empiète sur la voie où elle est plantée et l'irré-
gularité de sa situation suffisent à prouver qu'elle fut ajoutée pos-

(1) Cf. Ballu, Coin pies raid us des séances de
la commission de l'Afrique du Nord (Bull,
arch. du Comité, 1903, p. xx); les Ruines de

Timgad, p. 5 et suiv. Gsell, Mél. de Rome,
1903, p. 307.
(2) P. 269 et suiv.
loading ...