Hinweis: Ihre bisherige Sitzung ist abgelaufen. Sie arbeiten in einer neuen Sitzung weiter.

Payer, Jean-Baptiste  
Traité d'organogénie comparée de la fleur (Band 1): Texte — 1857

Seite: 567
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/payer1857bd1/0581
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
ORDRE DES ASCLÉPIADÉES.

Dans les Asclepias, que l'on peut considérer comme le lypède cet ordre,
ce ne sont pas seulement les deux stigmates qui se soudent pour ne plus
former qu'un seul corps pentagonal sur lequel la trace de cette soudure
linil par disparaître entièrement, ce sont encore les élamincs qui, libres
d'abord cl complètement indépendantes de ce stigmate pentagonal, se
soudent plus tard avec lui dans la plus grande partie de leur étendue. On a
donc, dans ces plantes, des exemples de véritables soudures qui ne peuvent
se comparer aux pétales congénilalemcnt réunis entre eux et aux élamincs,
et qui sont connés.

Inflorescence. Calice. L'inflorescence de VAscJepias syriaca est une
cyme comme celle dcYApocynum cannabinum. Chaque fleur naît à l'aisselle
d'une bractée mère et est accompagnée de deux bractées latérales secon-
daires fertiles. Le calice se compose également de cinq sépales qui appa-
raissent successivement dans l'ordre quinconcial et qui sont placés de telle
façon qu'il y en a nu postérieur, le sépale 2; deux latéraux, les sépales h
cl 5, et deux antérieurs, les sépales 1 et 3. Les sépales sont libres entre eux
pendant longtemps et deviennent à peine connés à leur base.

Corolle. Cinq pétales constituent la corolle ; ils naissent tous ensemble
et alternent avec les sépales. Libres d'abord, ils deviennent promplemcnl
connés cl forment une corolle gamopétale régulière dont la préfloraison est
convolutive.

Androcée. Les élamincs sont au nombre de cinq ; elles apparaissent toutes
en même temps et elles sont superposées aux sépales. Ce sont d'abord des
mamelons qui s'aplatissent, se partagent transversalement en deux parties :
l'une supérieure, qui devient membraneuse et forme quelque ebose de (oui
à fait analogue à ce que l'on aperçoit au sommet du connectif des violettes :
l'autre inférieure, dans laquelle se forment les deux loges de l'anthère.

Ces élamincs sont d'abord complètement libres; mais plus lard elles
deviennenl connées entre elles el avec la corolle, en sorle qu'elles sont,
loading ...