Hinweis: Ihre bisherige Sitzung ist abgelaufen. Sie arbeiten in einer neuen Sitzung weiter.

Payer, Jean-Baptiste
Traité d'organogénie comparée de la fleur (Band 1): Texte — 1857

Seite: 642
Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/payer1857bd1/0656
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
OilDHE DES CAMPANULES.

Le groupe des Campanules a clé établi et nettement circonscrit par
Adanson dans ses, Familles des plantes. A.-L. de Jnssicu l'adopta dans son
Gênera plantarum, et depuis lors il fut admis par tous les botanistes mo-
dernes. Seulement il subit le sort de presque tous les groupes formés à cette
époque : il fut démembré ; on en retira le genre Lobelia, dont la llcur est
irrégulière, pour en faire le type d'un ordre à part sous le nom de Lobéliacces,
et dès lors le groupe des Campanules ne comprit plus que des plantes à
ileurs régulières.

Inflorescence. Calice. L'inflorescence du Campanularapunculus que j'ai
pris pour sujet d'étude est une grappe. Chaque llcur naît à l'aisselle
d'une bractée mère, et est accompagnée de deux bractées secondaires laté-
rales. Le calice se compose de cinq sépales, qui naissent successivement
dans l'ordre quinconcial. Deux sont antérieurs, ce sont les sépales 1 et 3 ;
deux sont latéraux, ce sont les sépales h et 5 ; un est postérieur, c'est le
sépale 2. D'abord libres à l'origine, ils deviennent promptement connés,
et forment un calice gamosépale.

Corolle. Cinq pétales constituent la corolle. Ils naissent tous à la fois sous
l'aspect de petits mamelons, alternes avec les sépales. Primitivement libres,
ils deviennent également connés, et il en résulte bientôt une corolle gamo-
pétale, dont la préfloraison est convolulive.

Anclrocée. Les étamines sont au nombre de cinq, et n'adhèrent jamais à
la corolle à quelque âge qu'on les examine. Elles alternent avec les pétales,
et se composent chacune d'un filet et d'une anthère biloculairc introrsc,
dont le développement n'offre rien de particulier.

Pistil. Lorsque les pétales et les étamines sont nés, le réceptacle a déjà
pris la forme d'une coupe, et. c'est sur les bords de cette coupe réceptacu-
laire, un peu au-dessous des étamines, que l'on voit poindre trois bourre-
lets carpeHaires, dont deux sont antérieurs et un postérieur. D'abord libres
entre eux , ces bourrelets deviennent promptement connés, et forment au-
loading ...