Antonini, Annibale
Recueil De Lettres Françoises, Et Italiennes De Bienseance Et Marchandes, Pour Ceux Qui Souhaitent D'Aprendre A Bien Ecrire En Italien, Selon Les Bons Principes Et La Nouvelle Ortographe: Avec Un Abrégé Sur La Maniére De Garder Le Ceremonial, Et De Dresser Les Lettres, Selon Le Stile Le Plus Moderne Des Italiens — Basle, 1768 [VD18 12073032]

Seite: 14
DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/antonini1768/0048
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
j 4 Terrei Je Biett/è'uMce.

Ce (ont des bienfaits donc je ne iaurois'
allés vous remercier. Tout ce que je puis,
c'esf d'adrellèr mes vœux à Dieu, & de ie
prier incellamment de prolonger vos jours,
& de vouloir ini-meme être votre recom-
pcnie. J'espere qu'il m'accordera ce bien ,
& d'avoir toujours pour vous toute la vé-
nération poliible. Je luis de tout mon
cœur.

X.
*iE vous suis fort obligé de la bonne vo-
J lonté que vous me témoignés dans vo-
tre Lettre, & du sbuveuir, que vous avés
de votre scrviteur. Croies , Moniteur,
que l'ablënce, & le tems n'ont point alte-
re, ni mon esfime, ni mon amitié; & je
vous aurois fait offre de mes services , lì
la crainte de vous incommoder , ou de
vous détourner des affaires qui vous oc-
cupent, comme vous le marqués dans la
vôtre, ne m'en eût empêché. Pour ce qui
eif de vos remercimens , je vous les ren-
voie , consérvés -.les de grâce, pour des
personncs, qui vous soient moins aquisés.
L'excès de votre bonté m'osfeulë, lì je l'o-
se dire. Je ne suis pas d'humeur à de-
mander un bien , que je ne mérite. Je
vous supplie de changer de langage, & de
me conlidérer comme un homme qui ed
tout à vous. XL
loading ...